Disque

Un somptueux Prokofiev signé Karajan

A 23 ans, le jeune Gergiev remportait le concours Herbert von Karajan à Berlin.

Valery Gergiev a souvent répété combien il devait à Karajan pour la formation de sa personnalité. Ce qu’il a appris auprès du chef autrichien, qu’il a côtoyé en disciple, c’est non seulement l’art du legato, le sens de la ligne, mais aussi la poigne de bâtisseur. «Pensez à l’auditorium de Berlin, de conception révolutionnaire, réalisé pour son orchestre, dit-il dans une interview à L’Express, et à la manière dont il a transformé Salzbourg en faisant construire de nouvelles salles.» A 23 ans, le jeune Gergiev remportait le concours Herbert von Karajan à Berlin. Si le mentor était un grand mozartien (dans les années 1950), un fervent straussien et un défenseur de Wagner, celui-ci laisse un enregistrement somptueux de la 5e Symphonie de Prokofiev.

Publicité