A l'écart des grands axes, le château fort de Riom domine la route qui mène au col du Julier. C'est dans cette vallée où la quatrième langue nationale est le plus mise sous pression que le premier théâtre romanche s'est ouvert vendredi en présence de Moritz Leuenberger. Pour l'inauguration, Origen, l'association culturelle qui porte le projet, offre une première à son public, avec la création de Benjamin, un opéra en romanche. L'aventure est ambitieuse, à l'image de Giovanni Netzer, 39 ans, directeur culturel d'Origen. L'homme de théâtre et enfant du pays porte à bout de bras depuis des années ce projet unique. L'association Origen, soutenue par toutes les communes de la région, n'a pas seulement récolté des fonds pour permettre, pour 2,3 millions de francs, de rénover les murs moyenâgeux et d'y installer une salle de théâtre moderne de plus de 300 places. Elle met également sur pied un programme culturel pour les mois d'été. Et, clou de la première saison au château, elle a commandé un opéra moderne. Ancien étudiant en théologie, Giovanni Netzer, encore lui, a écrit le livret et dirige la mise en scène. Avec Benjamin, inspiré de la Bible et de l'histoire de Joseph, il n'a pas cédé à la facilité des lieux pour verser dans l'historicisme. Giovanni Netzer n'en est pas à son coup d'essai: il y a cinq ans, il avait, dans la vallée voisine de l'Albula, mis en scène avec des acteurs professionnels et laïques la traversée des Alpes de Frédéric le Grand.

Benjamin, opéra en romanche. Riom, les vendredis et samedis jusqu'au 12 août, http://www.origen.ch