Voilà. Le jury, présidé par l'architecte Kurt Aellen, a choisi à l'unanimité le projet lauréat du concours pour l'agrandissement du Musée d'ethnographie de Genève. Il a été présenté lundi à la presse par deux conseillers administratifs, Rémy Pagani, chargé des Constructions, et Patrice Mugny, chargé de la Culture. Et il est exposé au public.

Le futur MEG a donc un visage. Il lui a été dessiné par le bureau d'architectes Graber Pulver, basé à Berne et Zurich, et donne une première impression d'harmonie. Surtout, il paraît correspondre à cette triple demande qui était celle de Jacques Hainard, directeur du MEG, de simplicité, d'efficacité et d'esthétisme (lire LT du 3.05.2008).

C'est en premier lieu la qualité de son implantation qui a été soulignée. Essentiellement souterrain, le nouveau bâtiment aménage devant l'ancienne école du boulevard Carl-Vogt une vaste esplanade publique. Une distance respectueuse est laissée avec ce bâtiment, musée depuis 1904, qui sera légèrement adapté et rafraîchi pour accueillir les activités administratives et techniques. Une circulation entre les deux constructions se fera en sous-sol. L'entrée publique, à l'angle du boulevard et de la rue des Bains, avec ses grandes baies vitrées ouvertes sur l'esplanade, est coiffée d'un vaste toit d'acier à la forme abstraite. «Nous avons commencé à l'imaginer plutôt sombre, puis nous avons préféré un aspect doré qui fait référence aux trésors ethnographiques qu'on pourra découvrir dans les salles», précise Thomas Pulver. Peur d'avoir trop chaud ou trop froid sous le métal? L'architecte rassure: «Ce n'est pas un problème. Ce sera réglé par des systèmes d'isolation et de ventilation.»

Sous cette vaste coiffe d'or, on trouvera, sur deux niveaux supérieurs, la médiathèque-bibliothèque et les Ateliers d'ethnomusicologie, qui seront réintégrés dans l'espace du musée, et au rez-de-chaussée, l'accueil, la cafétéria. Cette partie s'inscrit dans une continuité avec le foyer situé en sous-sol.

Au 1er sous-sol, outre des réserves pour la bibliothèque, sera aménagée une salle polyvalente. C'est au 2e sous-sol que se trouvent les espaces d'exposition. Aucun pilier. C'est dire que si les 2500 m2 à disposition (contre quelque 650 m2 aujourd'hui) sont a priori destinés à être partagés en trois pour installer différents rythmes d'exposition, il sera aussi possible de les utiliser d'un seul tenant!

Lors de la présentation, le respect du cahier des charges a été souligné, tant au niveau des contraintes de construction et de développement durable qu'en termes budgétaires, pour entrer dans la cible des 60 millions de francs prévus. Le bureau Graber Pulver Architekten est expérimenté. Il a été fondé en 1992 par deux Bernois nés en 1962, Marco Graber et Thomas Pulver. Avec leurs collaborateurs, ils ont été primés dans de nombreux concours grâce à des propositions toujours très spécifiques. Ils ont construit ou sont en train de construire plusieurs écoles, notamment les Ecoles de métiers de Berne et de Fribourg. Ils suivent la réalisation de 160 logements à Baar (ZG). Et, plus étonnant, on leur doit une cage aux léopards de 800 m2, dont les piliers sont des chênes étêtés, au Zoo de Berne. Ils ont devancé six autres bureaux également primés, tous suisses, même si parmi les 49 projets rendus certains viennent aussi de France, de Grande-Bretagne ou d'Italie.

Graber Pulver Architekten, associé au bureau d'ingénieurs bernois Weber+ Brönnimann SA, dispose d'une petite année pour peaufiner le projet. Le dépôt du crédit sera déposé à l'été 2009. Il ne devrait pas poser de problème au vu du large feu vert octroyé à l'agrandissement du MEG en mars 2007 par le Conseil municipal de la Ville de Genève, qui devrait apporter 32 millions de francs. Même succès au législatif du canton, qui doit verser 10 millions de francs. Et l'association des communes genevoises a confirmé sa participation (7 millions). Le legs Lancoux apporte 9 millions. La Fondation pour le Musée d'ethnographie devra trouver l'argent restant. Un démarrage du chantier pourra alors être envisagé à l'été 2010 pour une durée des travaux de deux ans.

C'est dire que Jacques Hainard sera largement parti à la retraite, prévue en janvier 2009. Même s'il négocie avec Patrice Mugny un mandat pour décharger un peu son successeur du suivi du nouveau musée. L'appel à candidatures pour la direction du MEG est imminent. Et, déjà, l'équipe du musée se renouvelle, avec de nouveaux conservateurs au pedigree international.

Exposition des projets au Bâtiment 2B (site Artamis), quai du Rhône 12, Genève. Ma-je 12-17h. Sa-di 14-17h. Jusqu'au 25 mai.