Spécial cité de la musique

Un tour du monde des plus belles salles de concert

Codirecteur de l’agence de concerts Caecilia, Steve Roger a parcouru le monde en compagnie de l’Orchestre de la Suisse romande, dont il fut pendant quinze ans le directeur général. Il évoque cinq salles qu’il juge parmi les plus réussies, plus celle dont il rêve

Opéra d’Oslo

 «J’ai retenu ce bâtiment parce qu’il symbolise les nombreuses réalisations nordiques de ces dix dernières années en matière de construction de salles de concerts – Stavanger, Helsinki, Copenhagen, Aahrus, etc. Cet édifice, ancré au fond d’un magnifique fjord, porte d’entrée de la ville, est très vite devenu un site emblématique de la capitale norvégienne. Les touristes y arrivent en bateau et la promenade sur son toit offre un panorama grandiose à 360 degrés. L’acoustique de la grande salle est excellente, tant pour l’opéra que pour les concerts symphoniques.

L’aménagement intérieur est très lumineux avec beaucoup de surfaces vitrées, chaleureux avec salon de thé, librairie et un vaste foyer bien pensé pour l’accueil du public. Côté coulisses, on a pensé au bien-être des artistes avec des loges accueillantes, lumineuses et un backstage spacieux. La Maison de la musique d’Helsinki se rapproche plus de la philosophie de notre projet puisqu’elle accueille orchestres et enseignement, mais son esthétique architecturale – avec là aussi une grande utilisation de surfaces vitrées – est plus conventionnelle.»


Disney Hall, Los Angeles

«Le Disney Hall est un vrai coup de cœur architectural pour moi. Un seul bémol: son architecte, Frank Gehry, a réalisé beaucoup de bâtiments assez semblables, comme la Fondation Guggenheim à Bilbao ou la Fondation Vuitton à Paris, et on y perd en authenticité. Il fait partie d’un «complexe culturel» comme c’est souvent le cas aux Etats-Unis, avec plusieurs bâtiments dans un même «bloc» dévolus à la culture. C’est une magnifique salle, et l’enveloppe externe est devenue une référence identitaire de cette ville. Je suis aussi sensible à la genèse de ce projet, une initiative privée, comme pour notre Fondation, avec un don de 100 millions de dollars de la famille Disney et des dons privés pour compléter le budget.»


KKL, Lucerne

«La plus grande réussite de Jean Nouvel réside dans l’intégration au site, exceptionnel. C’est le dernier grand projet culturel en Suisse, avec le Lugano Arte e Cultura – plus modeste dans sa taille – et il date de plus de vingt ans. Le bâtiment est sobre, les lignes sont épurées et il a permis au Festival de se développer en accueillant les meilleurs orchestres du monde. L’Orchestre symphonique de Lucerne, qui y réside, a bénéficié de la qualité de l’acoustique de cette salle et fait maintenant partie des très bons orchestres suisses. Il y a en coulisses quelques petits défauts (comme le petit volume de la salle de répétitions ou l’accès des loges dans les étages…) sinon il serait parfait.»


Opéra de Sydney

«C’est le seul monument dédié à la musique que le monde entier reconnaît immédiatement. Aussi connu que la tour Eiffel, que le Taj Mahal… Il est même classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007! Construit sur une pointe de terre face à la baie, il est le symbole de Sydney et de l’Australie tout entière. Etonnamment, avec sa grande salle symphonique de plus de 2500 places, dont l’acoustique est réputée compliquée, sa salle d’opéra et ses trois théâtres, il ne fait pas partie des lieux culturels de référence. Cela est sans doute dû à la très faible présence des grandes phalanges internationales qui s’y produisent, compte tenu de l’éloignement géographique. L’ouvrage du Danois Jorn Utzon reste exceptionnel, bien que la construction ait été pour le moins cauchemardesque, 10 ans de travaux, explosion du budget qui a valu son poste à un ministre de l’époque à cause du montant initial multiplié par quinze.»


Philharmonie de l’Elbe, Hambourg

«Qui n’a pas entendu parler de cette salle qui vient d’être inaugurée par Angela Merkel à Hambourg et qui a propulsé cette ville au rang de haut lieu culturel en Europe? Sa programmation – qui attire les plus grands artistes et les meilleurs orchestres – rivalise avec Vienne, Paris, Amsterdam, Berlin… Mais pour assister à un concert, il faut patienter des mois… L’audace de son architecture, osée et spectaculaire, sur un site lui aussi exceptionnel; la qualité de sa salle tant pour le confort d’écoute, la visibilité et l’acoustique en font un outil dont chaque ville rêve. La Philharmonie de l’Elbe est très inspirante pour notre groupe. A plus d’un titre, elle nous rappelle qu’il faut être vigilant sur les dépassements budgétaires. Et qu’un lieu comme celui-ci modifie radicalement la place de la musique dans une cité, qu’un bâtiment moderne peut devenir le nouveau symbole d’une ville.»


Sa salle idéale

«Je suis certain qu’elle se trouve dans les projets que nos architectes vont nous présenter. Un bâtiment emblématique, évidemment, qui incite les gens, y compris les non-mélomanes, à pousser les portes pour découvrir ce que cache l’enveloppe externe. Une salle chaleureuse, lumineuse, à taille humaine où l’on se sente tout de suite à l’aise, confortable, avec d’excellentes visibilité et acoustique, dans la salle comme sur scène. Une acoustique qui corresponde au son et à la manière dont joue l’OSR, son principal utilisateur. Une salle qui les porte, les inspire, leur donne envie de se dépasser. Une salle qui donne envie à tous les artistes de s’y produire et d’y revenir.

L’importance du backstage est aussi primordiale, et toutes les salles visitées auparavant sont des sources inestimables pour veiller à ce que la nôtre offre des conditions optimales pour l’accueil du public, le travail des artistes et celui des techniciens. J’ai personnellement une préférence pour la salle de type «boîte à chaussures» (Shoe box), avec la scène frontale et les sièges organisés en rangs alignés. Celle dite en «vignoble» me semble plus compliquée pour la maîtrise acoustique et la visibilité; d’ailleurs, les acousticiens doivent souvent, dans cette configuration, rajouter des éléments architecturaux pour que le son soit pour chaque place celui qu’on obtient… dans une Shoe box! In fine, en matière d’acoustique, ma référence reste celle du Théâtre Hérode Atticus à Athènes.»

Publicité