Publicité

Une acoustique vivante

La salle en bois dégage une ambiance intimiste.

Le chef Valery Gergiev, le ministre des Finances et celui de la Culture, le maire de Saint-Pétersbourg: tous étaient réunis, mercredi soir, pour l'inauguration de la nouvelle salle de concerts. Même Vladimir Poutine s'est déplacé pour une visite-éclair, une demi-heure avant le concert réunissant des musiciens stars (Maxim Vengerov, Vadim Repin, Lang Lang, Vladimir Galouzine...) dans un programme «tutti frutti», destiné à tester l'acoustique.

Mission accomplie. Le son, à la fois nourri et transparent, met en valeur les solistes comme les divers pupitres de l'orchestre. Seule une impression de saturation, notamment dans les graves lorsque l'orchestre joue «forte» au grand complet, trouble quelque peu l'oreille. C'est dire l'expertise de Yasuhisa Toyota, auteur du grandiose Walt Disney Concert Hall de Los Angeles et de la grande salle de Sapporo.

L'architecte Xavier Fabre n'a pas joué un coup d'éclat. Il a voulu une «forte adéquation urbaine», se mariant aux «façades calmes, répétitives et rationnelles» de Saint-Pétersbourg. A l'intérieur du bâtiment en brique rouge, la salle de concerts de 1150 places impressionne par son dessin. Faite comme un berceau en paille tressé, avec des panneaux de bois enchevêtrés les uns dans les autres, elle dégage une atmosphère intimiste. Le public, assis sur tout le pourtour, a une vue plongeante sur la scène. Mercredi, l'orchestre du Mariinsky mené par un Gergiev embrasé a sorti ses plus beaux atours.