Musique

Une Cité de la musique à Genève

Une nouvelle fondation vient de voir le jour en vue de la création d’un grand complexe musical avec salle de spectacle

Grande nouvelle pour Genève: une salle symphonique est en projet, assortie d’un complexe musical unique. On doit cette magnifique idée à un quatuor de passionnés de musique classique qui ont réuni leurs forces au sein d’un tout nouvel organisme: la Fondation pour la Cité de la Musique de Genève (FCMG). Celle-ci a été constituée le 3 septembre et vient d’être inscrite au registre du commerce le 16 septembre. Elle a pour but la construction en ville d’une structure architecturale d’envergure, capable d’héberger l’OSR et d’accueillir de grandes formations internationales dans une salle de concert contemporaine digne de ce nom, qui réponde aux exigences symphoniques actuelles. Mais le projet s’avère plus étendu encore. Il est censé pouvoir accueillir les locaux de la Haute école de musique (HEM) et toutes les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement de cette prochaine Cité de la musique, ainsi que tous autres locaux utiles à son rayonnement.

Les quatre membres de la fondation viennent du monde classique, ou en sont proches: le président, Bruno Mégevand, avocat, est président de la Société Gustav Mahler. On connaît le vice-président, David Lachat, avocat lui aussi, actif au sein de la HEM et au bureau du Conseil de la Fondation de l’OSR. Le co-directeur de l’Agence Caecilia, Steve Roger, a été désigné secrétaire et le directeur général de l’OSR Henk Swinnen complète l’équipe. Le financement de cette grande aventure sera entièrement assumé par des mécènes, dont le plus généreux, qui tient à l’anonymat, devrait soutenir le projet de bout en bout.

Joints au téléphone jeudi soir, les membres de la fondation n’ont pas tenu à communiquer actuellement. Il n’en demeure pas moins qu’une véritable révolution classique est en train de se profiler à Genève. Le Victoria Hall, construit il y a 125 ans pour une harmonie ne correspond plus depuis des années, malgré divers aménagements, aux nécessités des grandes phalanges symphoniques. Il continuera à recevoir des concerts et manifestations en rapport avec sa jauge, le charme de ses dorures et son acoustique très flatteuse. Mais la nouvelle Cité de la musique, dont on ne connaît à ce jour ni le prix, ni l’emplacement, ni la capacité de la salle, ni le projet architectural souhaité ambitieux et très contemporain, s’impose avant même d’exister comme un signal très fort pour la réputation culturelle de Genève. Les détails de ce grand cadeau ne tarderont pas à être révélés

Publicité