Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une pièce de monnaie datant probablement du IVe siècle a été découverte sur le site de Laconnex.
© Miguel Quantana

Archéologie

Une découverte majeure dans la campagne genevoise

Un établissement rural datant selon les premières estimations de la fin de l’Antiquité a été mis au jour entre les villages de Laconnex et Soral. Le seul autre exemple connu sur le canton a été fouillé en 1982. Reportage

Une fouille de sauvetage ne s’annonce jamais à l’avance. Elle commence par un signalement: «Route de la Parraille, entre les villages de Laconnex et Soral. Une gravière. Des concentrations de tuiles et des taches de matériaux sombres.» Assez d’indices pour qu’un archéologue se rende sur place et constate qu’effectivement, il devra interrompre son travail du moment pour faire parler les pierres. Et dans l’urgence, car l’exploitant du site est désormais en suspens.

«Dès la première semaine de travaux, on voyait que ce n’était pas juste des fosses de dépotoir, mais qu’il y avait probablement un ou plusieurs bâtiments», explique Philippe Ruffieux, responsable de cette fouille lancée le 31 octobre. Son équipe a effectué un décapage de surface sur environ 800 mètres carrés et repéré plusieurs structures, principalement des traces de bâtisses en bois. L’enthousiasme des premiers jours a été confirmé le 22 novembre par une autre découverte: au fond d’une fosse, une pièce de monnaie en bronze particulièrement bien conservée. Elle porte l’effigie d’un empereur romain et un chrisme, symbole de la chrétienté, qui pointent vers la seconde moitié du IVe siècle.

Minutieux travail d’équipe

Sur place, il faut avoir l’œil affuté pour distinguer autre chose qu’un banal chantier. Bordés par un talus, deux gros conteneurs ont été aménagés pour accueillir un vestiaire, un bureau sommaire et un réfectoire. Un plus petit sert à ranger l’équipement et les outils. Plus insolite, deux tentes de réception, louées pour protéger les fosses – et leurs occupants provisoires – des intempéries.

Depuis 8 heures du matin, les ouvriers s’activent par 5 degrés sous une bise mordante. Deux mesurent les distances entre différents points sur le terrain pendant qu’un troisième, agenouillé sur un coussin isolant improvisé, gratte le sol à l’aide d’une petite truelle. Il dégage d’un trou de poteau un petit tesson qui pourrait dater de l’Antiquité tardive. «C’est pas grand-chose, mais c’est déjà ça. Continue!», lui lance Philippe Ruffieux. «Là c’est bon, on a déjà dessiné les trous alors tu peux les fouiller.» Le tesson, comme tous les autres objets trouvés sur le site, finira dans un sac plastique avant d’être répertorié et classé.

Comme souvent à la campagne ou sur les chantiers de Genève, entre ouvriers on parle surtout portugais. Ils ont été mis à disposition par une entreprise du bâtiment, et la plupart n’en sont pas à leur première fouille. Côté archéologue, hormis le nom, un signe bien distinct de son identité: ses bottes de vétéran de l’armée suisse, idéales pour ce type de terrain caillouteux et pour se protéger du froid.

Période mal documentée

Sous une des tentes, le godet d’une mini-pelleteuse creuse inlassablement une fosse remplie de galets. Celle-ci date vraisemblablement de la fin du XIXe siècle, donc inutile de procéder à la main. Mais à un mètre dix de profondeur, toujours pas de traces de vestiges plus anciens. L’archéologue espère tout de même en profiter pour observer les coupes stratigraphiques du terrain. Dans un coin de la tente, des fragments osseux d’animaux exhumés par la pelleteuse reposent dans un seau.

La journée s’achève sans grande découverte. Demain, après-demain et pendant quelques semaines encore, on passera au crible une autre fosse, un autre trou de poteau. Ensuite débutera une nouvelle phase: l’analyse des relevés topographiques, des matériaux et de tous les objets récoltés sur le terrain. Mais le bilan de ces quatre premières semaines de fouille s’avère déjà exceptionnel. «L’importance du site est certaine, car il appartient à une période relativement mal documentée de l’histoire de Genève» analyse Denis Genequand, spécialiste des sites de l’époque romaine au Service cantonal d’archéologie.

Les villas romaines, qui correspondent à un mode de propriété foncière basé sur de grands domaines, apparaissent dans la région dès le milieu du Ier siècle de notre ère. Elles sont bien connues des archéologues grâce à la fouille de plusieurs sites à Perly, Vandœuvres et Bernex. Mais les établissements qui leur succèdent sont restés dans l’ombre, à l’exception de la fouille en 1982 d’un site rural à Sézegnin.

Intérêt scientifique

«Le IVe siècle est une période charnière», explique Denis Genequand, «parce que les grandes villas vont être progressivement abandonnées et remplacées par des établissements plus petits et des hameaux qui se développeront pleinement en villages durant le haut Moyen Âge. Et ce qu’on appelle un village n’existe pas dans les provinces occidentales de l’Empire romain.»

Les traces de bâtiments en bois du site de Laconnex sont certes moins impressionnantes que les vestiges d’une villa antique. «Mais il faut vraiment faire la différence entre ce qui est spectaculaire pour les yeux et ce qui est intéressant pour la science, tempère Denis Genequand, et ce site vient combler des lacunes importantes dans notre connaissance de l’histoire.»

Creuser, dessiner, cartographier, documenter et archiver, ce minutieux travail de sauvetage au ralenti se poursuivra encore quelques semaines avant que le chantier ne soit restitué à son exploitant. Et rien n’exclut qu’il réserve encore quelques belles surprises d’ici la fin de l’année.


Quelques dates

121 av. JC: Intégration de Genève dans la province romaine de Transalpine (Gaule Narbonnaise)

Ier-IIIe siècles ap. JC: Haut Empire romain

IVe-Ve siècles ap. JC: Bas Empire romain

443: Installation des Burgondes dans la région genevoise

476: Sac de Rome: fin de l’Empire romain d’occident, début du haut Moyen Age

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a