«Dans une école d’art, les découvertes sont quotidiennes!»

> Fille de l’art Les confidences de Sandra Mudronja, responsable de la communication de la HEAD, Genève

Le Temps: Votre première œuvre?

Sandra Mudronja: Tard, j’avais 30 ans et des poussières. Il s’agissait de la série Ring-

Ray de Fabrice Gygi. J’adore l’atmosphère paradoxale qui émane de ces formes brutales dont se dégage une lumière étrange.

– Votre musée préféré?

– J’ai découvert il y a quelques années le Menil Campus à Houston, au Texas, un ensemble de bâtiments érigés dans un magnifique parc: le musée principal, la Menil Collection, dessiné par Renzo Piano, la Rothko Chapel, la Cy Twombly Gallery, et une installation hallucinante de Dan Flavin. Il règne sur l’ensemble une atmosphère unique.

– Votre galerie préférée?

– Plusieurs galeries du Quartier des Bains à Genève. Je me suis occupée de l’association de 2005 à 2012 et j’ai tissé des liens professionnels et d’amitié qui durent encore aujourd’hui. Sinon, j’aime les galeries Triple V et Samy Abraham à Paris, la galerie Francesca Pia à Zurich.

– Quel est votre dernier achat?

– Une pièce en céramique de Guillaume Pilet, In girum imus nocte et consumimur igni, un chandelier à la fois géométrique et organique.

– Votre dernière découverte?

– Comme je travaille dans une école d’art, mes découvertes sont presque quotidiennes! C’est un privilège de travailler dans un environnement aussi créatif et stimulant. Je peux citer Florie Dupont, qui conçoit le bijou de manière tout à fait singulière. Elle réinvente un monde animal et végétal, donnant vie à des objets qui quittent souvent leur fonction d’ornement. Il y a aussi Pauline Beaudemont, étudiante en Master qui avait gagné le New Heads Fondation BNP Paribas Art Awards l’année dernière, et dont Le Temps a édité une très belle photogravure.

– La meilleure exposition d’art de ces six derniers mois?

– L’exposition de Markus Schinwald au CAPC de Bordeaux, il y a un peu plus de 6 mois. Le musée est un ancien entrepôt qui offre un décor mystérieux et dramatique plus que parfait pour les installations de Schinwald.