Images

Une enquête photographique jusque dans l’au-delà

La photographe Virginie Rebetez s’est penchée sur le monde des médiums et des guérisseurs fribourgeois, interrogeant un procès en sorcellerie datant de 1628

C’est un vieux livre ouvert sur une double page blanche. Plus très blanche, en réalité; des taches beiges, grises et noires se répondent d’un côté et de l’autre de la tranche, façon test de Rorschach. Des moisissures. L’image, gigantesque, inaugure l’exposition de Virginie Rebetez à la Bibliothèque cantonale universitaire de Fribourg: Malleus Maleficarum.

Elle montre un recueil de comptes rendus judiciaires daté du XVIIe siècle. Le procès de Claude Bergier, guérisseur accusé de sorcellerie et conduit au bûcher en 1628, y est consigné. C’est le point de départ de la nouvelle enquête photographique fribourgeoise. Et la Lausannoise pousse l’investigation très loin, jusque dans l’au-delà.

Lire aussi: Virginie Rebetez, faucheuse d’images

Virginie Rebetez a demandé à des médiums d’entrer en relation avec Claude Bergier. L’exposition, et la belle publication qui l’accompagne, retrace ces échanges, en photographies, bandes-son et aquarelles – des portraits réalisés par le dessinateur judiciaire Patrick Tondeux. D’autres médiums, guérisseurs ou chamans sont photographiés, ainsi que leurs accessoires. Vieille femme aux perroquets et au regard de clown triste. Chasseur de démons aux tatouages féroces. Machette. Pendule. Plumes. Mais aussi tout simplement un homme en t-shirt blanc, une petite croix autour du cou. Quelques paysages encore, montagnes brumeuses ou cascade de Jaun.

Une fois de plus, l’enquête fribourgeoise documente un sujet de manière parfaitement subjective et elliptique, privilégiant le regard d’un auteur à la quantité d’informations. Un parti pris qui en fait la singularité et l’intérêt.

Précédente enquête: Nova Friburgo, une histoire contemporaine

Le Temps: Pourquoi ce sujet?

Virginie Rebetez: L’invisible, l’au-delà, la mort… Je travaille autour de ces thèmes depuis plusieurs années. Un sujet m’amène toujours à un autre. Mon dernier projet, Out of the blue, autour d’une jeune fille disparue aux Etats-Unis, abordait la question des médiums, car la famille avait fait appel à leurs services. Le sujet des guérisseurs et des sorciers est très important dans les cantons catholiques comme le Jura ou Fribourg. L’Eglise les condamne, même si beaucoup d’entre eux sont croyants. Anna Göldin, la dernière femme à avoir été exécutée pour sorcellerie à Glaris, a été réhabilitée en 2007. Ici à Fribourg, Catherine Repond a été réhabilitée moralement mais pas juridiquement. Ce projet est une manière de réhabiliter tous ces sorciers en même temps.

L’important pour moi était de tisser un lien entre les sorciers d’hier et d’aujourd’hui

Virginie Rebetez

Comment avez-vous travaillé?

J’ai commencé par me rendre aux Archives fribourgeoises pour chercher des informations autour des procès de sorcellerie. J’y ai trouvé une dizaine de manuscrits contenant des comptes rendus judiciaires. Un certain Claude Bergier y était évoqué. C’est un guérisseur de Charmey, qui a été condamné pour sorcellerie en 1628 et conduit sur le bûcher, à Fribourg. Parallèlement, je suis allée voir des magnétiseurs, kinésithérapeutes, rebouteux ou détenteurs du secret. J’ai finalement décidé que Claude Bergier serait au cœur de mon projet et je me suis concentrée sur les personnes susceptibles de me faire entrer en contact avec lui. Je voulais découvrir qui il était, pourquoi on l’avait accusé, etc.

Avez-vous réussi?

Oui, j’ai participé à des séances de spiritisme avec cinq personnes. Je leur posais des questions. Elles m’ont parlé de son physique, de sa maison, de son caractère ou encore du moment où il a été accusé. C’était plus ou moins intense. L’une a notamment revécu le moment où Claude Bergier était amené au bûcher, elle a ressenti la douleur. J’ai demandé à Patrick Tondeux, le dessinateur judiciaire, de croquer ces moments, pour faire le lien avec le procès de l’époque. C’est devenu assez vite personnel; ces médiums ont établi des rapports entre Claude et moi. On m’a parlé d’un aïeul qui aurait été en contact avec lui, d’une vie antérieure au drame comparable, etc.

Croyez-vous en ces choses-là?

Avec ce projet, je ne voulais pas rentrer dans le vrai ou pas vrai, dans les comparaisons. J’ai décidé de prendre leurs paroles comme une histoire. L’important pour moi était de tisser un lien entre les sorciers d’hier et d’aujourd’hui. Il y a cette idée aussi de guérison par la parole; nombre de médiums sont aussi des guérisseurs et ils me parlent de Claude Bergier.

A-t-il été difficile de les approcher? On dit que certains craquent sous les multiples sollicitations depuis le best of de Magali Jenny sur les guérisseurs de Suisse romande?

La plupart sont heureux que l’on parle de leurs pratiques, qui restent encore très taboues. Ils ont accepté de m’aider dans mon enquête mais également de poser pour les portraits.


Virginie Rebetez: Malleus Maleficarum, jusqu’au 3 novembre à la Bibliothèque cantonale universitaire de Fribourg. Publication de 152 pages coéditée par BCU et Meta/Books.

Publicité