■ «L’Enfer» sans Mahomet

Le 25 mars dernier marquait le jour de Dante, rebaptisé depuis l’an dernier le Dantedi. Cette commémoration était d’autant plus attendue que 2021 marque les 700 ans de la mort du poète italien. Pour autant, loin de célébrer l’impact transculturel de son célèbre triptyque, La Divine Comédie, l’éditeur néerlandais Blossom Books lui a offert une nouvelle traduction de L’Enfer s’assurant d’y effacer le nom de Mahomet «pour ne pas blesser inutilement»… Une justification étonnante quand l’on remarque que le prophète musulman est la seule figure à être exclue, Lies Lavrijsen, la traductrice, ayant fait le choix de conserver papes, Judas, meurtriers de César et homosexuels dont le destin aux enfers ne pouvait visiblement pas blesser les croyances d’autrui.

«La Divine Comédie» a 700 ans: Sur les pas de Dante Alighieri, poète florentin