Genre: roman
Qui ? Jocelyn Bonnerave
Titre: L’Homme bambou
Chez qui ? Seuil, coll. Fiction & Cie, 250 p.

Anthropologue, musicien, performeur, Jocelyn Bonnerave est entré en littérature avec un étrange roman, Nouveaux Indiens , centré sur l’anthropophagie. On y croisait aussi les figures de Fred Frith et Joëlle Léandre, instrumentistes expérimentaux. L’écriture elle-même tenait de la profération. Celle de L’Homme bambou est plus sage, mais le thème est encore plus troublant. Si le premier roman interrogeait la limite entre l’humain et l’animal, celui-ci montre un héros en voie de végétalisation.

Cultivateur de bambous dont il commercialise les pousses avec succès, il découvre un beau jour une petite touffe verte qui lui sort des fesses. Entraîné dans une cavale par une belle voleuse, il met à profit cette encombrante colonisation pour s’exhiber dans un cirque. Plus tard, il devient objet d’étude au Muséum d’histoire naturelle, convoité à la fois par la science et par l’industrie. Jocelyn Bonnerave disserte un peu longuement sur les enjeux moraux et écologiques de sa fable, c’est parfois drôle, parfois laborieux, en dépit d’une écriture nerveuse.