Spectacle

Une fenêtre s’ouvre sur la Fête des Vignerons

La grande célébration veveysanne des travaux de la terre a révélé quatre tableaux à quelques privilégiés. Leur qualité musicale, leur puissance visuelle et la ferveur collective qu’ils expriment suscitent l’admiration. La Fête sera belle

Voir le Château d’Aile à tire-d’aile… Un vieux rêve aviaire se réalise à Vevey. En montant tout en haut de l’arène géante, 32 mètres au-dessus de la place du Marché, et en se penchant par-dessus bord comme l’oiseau hors du nid, on découvre en plongée les tourelles de l’édifice et, plus bas encore, un bateau de la CGN beau comme un jouet. Au-delà s’ouvre un panorama prodigieux qui va des terrasses de Lavaux aux Dents-du-Midi. L’écrin géant de la Fête des Vignerons, d’une contenance de 20 000 places, sidère par sa taille et son harmonie.

Lire également: François Margot, le Veveysan dionysiaque qui préside à la Fête des Vignerons

Dix jours avant l’ouverture de la Fête des Vignerons, Vevey s’enchante. On y croise de drôles d’oiseaux et quelques insectes géants. C’est le premier soir où les costumes se répandent dans les rues. On sent frémir la région, vibrer un diapason encore timide.

«La lune, la terre»

Ce soir, quatre tableaux vont être dévoilés en avant-première, pour «donner un avant-goût du plaisir de l’œil, de l’oreille et surtout du cœur», s’enflamme François Margot. Sur les Terrasses de la Confrérie, ce magnifique espace de restauration adossé à l’arène face au lac, l’abbé-président, grand commanditaire des réjouissances, rappelle la signification de cette célébration dédiée aux travailleurs de la terre. Il insiste sur l’importance du couronnement. L’origine et la finalité de la Fête sont la récompense des meilleurs vignerons-tâcherons. Elle a traditionnellement lieu le matin à 7h. Mais trop rares sont les citoyens du XXIe siècle qui se lèvent si tôt. Programmée à l’aube, la cérémonie du couronnement a été déplacée à 11h avant d’être intégrée à la première, le jeudi 18 à 21h. Ce cafouillage initial se justifie par la volonté de respecter pleinement le fondement historique des réjouissances veveysannes.

Toujours rieur, Daniele Finzi Pasca redit son credo: «Créer un état de surprise, d’émotion. Rien n’est fait pour être compris. Le spectacle est fait pour être ressenti.» Clown et poète, artiste de cirque ayant orchestré de gigantesques shows olympiques, le metteur en scène tessinois a voulu que «l’esprit féminin soit central. Pas seulement la lune, la terre, la vigne, mais aussi la femme.» L’héroïne de la Fête 2019 est une petite fille, Julie, qui deviendra vigneronne. En elle se réincarne Julie Hamelin, la compagne de Daniele, avec laquelle il a rêvé le spectacle et qui, emportée par la maladie, ne pourra voir l’accomplissement du rêve qui avait été dessiné à deux.

Sauterelles vertes

Dix heures sonnent à l’église Saint-Martin quand la démo commence. La Fée bleue descend des cieux. Danseuse aérienne aux ailes de libellule, elle volette au-dessus d’un amoncellement de cuves. Juchée sur le donjon de cette cité d’aluminium, la petite Julie essaye d’attraper la gracieuse demoiselle. Celle-ci lui file un maillet dont l’enfant cogne la cuve maîtresse. Bong! Une nuée de sauterelles vertes munies de cageots jaunes se répand sur la scène centrale, ainsi que sur les quatre scènes latérales de 300 m2, suivie d’une invasion de fourmis rouges. Celles-ci vendangent les parchets tandis que les autres s’adonnent à une frénésie de percussions. Outre les grosses caisses, chacun cogne les fûts viticoles et les cageots. Un vol d’étourneaux s’éploie sur la coursive. Les quatre écrans LED de 50 m2 montrent des images de vignobles. Chaviré par ce chaos superbement organisé, cette transe étourdissante, on n’a pas même vu entrer le chœur! Composé par Jérôme Berney, écrit par Blaise Hofmann, Vendanges 1 coupe le souffle et impose le génie spectaculaire de Daniele Finzi Pasca.

Lire aussi: Daniele Finzi Pasca: «L’empathie sous-tend notre façon de penser le théâtre»

Durant ce premier tableau, le fameux plancher LED de 870 m2 diffuse un rougeoiement dantesque évoquant de la lave en fusion, ou le flux eucharistique du raisin qu’on presse. Il semblerait que ce soit une évocation du feu bactérien. L’effet n’est pas vraiment convaincant. Mais dès les tableaux suivants le «LED floor» démontre ses ressources en participant à la dramaturgie.

As de grappe

Après les vendanges, la vigne se repose et le vigneron tape le carton. La Saison des cartes, texte de Stéphane Blok, musique de Maria Bonzanigo, se déroule sur tapis vert. Des centaines de dames de cœur et d’as de grappe viennent valser, tandis que rois et reines d’antan caracolent en cheval jupon. Cette féerie onirique évoque le Pays des merveilles d’Alice. Le tapis vert se retire avec les figurants dans une glissade stupéfiante.

Sans être fou de discipline militaire, on peut s’enthousiasmer pour la parade des Cent-Suisses – et, pour la première fois, des Cent-Suissesses. Les 200 gardes au costume rouge et blanc émergent par une rampe ouverte dans le LED floor. L’objecteur de conscience Finzi Pasca les a désarmés, remplaçant la hallebarde traditionnelle par un tube de lumière. Marquant du pas la musique à la fois martiale et mélancolique de Maria Bonzanigo, la troupe paritaire avance tandis que le tapis rouge électronique la précède.

Ces trente minutes de spectacle soulèvent l’enthousiasme. Champion de la litote amusée, Daniele Finzi Pasca lance aux figurants du soir, réunis sur le parterre où ils font comme une plate-bande chamarrée: «On a dix jours pour répéter et on sera prêts pour la première. Merci à tous.»

Lire également: Dans les coulisses de la Fête des Vignerons

Diffusée par 400 haut-parleurs disposés sur huit totems dressés aux quatre points cardinaux, la musique s’offre dans des conditions acoustiques admirables. Malheureusement, les paroles sont incompréhensibles. Les concepteurs de la fête promettent des améliorations. «Il faut mieux équilibrer les masses des voix et des percussions», dit Jérôme Berney, quand Stéphane Blok, fataliste, cite Ligeti pour constater que la langue française est incompatible avec l’art choral.


Fête des Vignerons, Vevey, place du Marché. Du 18 juillet au 11 août 2019. fetedesvignerons.ch

Un Plans-Fixes dédié à François Margot, abbé-président de la Fête, est projeté au cinéma Astor de Vevey le jeudi 11 juillet, à 19h, en présence de F. Margot. Entrée libre.

Explorez le contenu du dossier

Publicité