Musique

Une histoire de cordes, de peaux, et de souffle

A Fribourg, Fri-Son accueille ce week-end une engageante performance conjointe, liant metal et fanfare. Au menu des noces: The Burden Remains et The Horns of the Seventh Seal

Il est tout de même assez rare d’être soufflé par la seule vision d’une toute petite minute de répétition. C’est pourtant ce qui devrait arriver à quiconque posera l’œil et l’oreille sur la vidéo que Fri-Son a postée sur sa page Facebook: on y voit la mise en place du projet imaginé par The Burden Remains, groupe de metal fondé en 2011 en Singine, et The Horns of the Seventh Seal, formation ad hoc d’une cinquantaine de musiciens (souffleurs et percussionnistes) menée par la baguette du tout autant Singinois Manfred Jungo.

La performance, qui sera donnée à Fri-Son les 17 et 18 septembre prochains, prend la forme d’une œuvre tenue sur soixante minutes, décomposée en une douzaine de sections composées et arrangées par Jungo. A l’écoute de cette infime partie de filage, on entend paradoxalement beaucoup de choses prometteuses: un vrai partage de puissances entre la distorsion des cordes et le coffre des cuivres, entre le choc de la batterie et la résonance des timbales, une science du placement très exacte. Mais ce que l’on distingue surtout ici, c’est la constitution d’un vrai souffle épique: l’ensemble est énergique, fluide, imposant, massif sans être pataud, complexe sans être alambiqué. On a cru déceler, à quelques instants, quelques inflexions qui invoquaient le souvenir des œuvres totales de Magma; à vérifier.

Ce qui s’avère par contre d’ores et déjà certain, c’est que l’expérience est un essai réussi de musique participative: Manfred Jungo a recruté ses musiciens dans une bonne quinzaine de fanfares singinoises, et les sponsors dans l’aire cantonale. Un travail de longue haleine, comme le reconnaît Thomas Jenny, l’un des guitaristes de The Burden Remains, attrapé au téléphone: «Ça fait deux ans que Manfred et nous travaillons sur le projet. Quand il a pris contact avec nous pour nous présenter son idée, nous avons vite été d’accord. On s’est simplement dit que si on se lançait, dans cette histoire, il fallait le faire bien.» A ce niveau, le pari semble en passe d’être gagné. Un autre signe qui ne trompe pas? «Je n’ai jamais autant souri pendant des répétitions», continue Thomas Jenny. C’est un guitariste habitué aux accords sombres qui le dit.

The Burden Remains & The Horns of the Seventh Seal. Fri-Son. Route de la Fonderie 13, Fribourg. Sa 17 septembre à 21h, et di 18 septembre à 16h30. Rens. www.fri-son.ch

Pour jeter un œil au filage, se rendre sur la page Facebook de Fri-Son

Publicité