Culture

Une histoire de couple

Bergamote, c'est une histoire de couple. Pas seulement celle de Monique

Bergamote, c'est une histoire de couple. Pas seulement celle de Monique et Roger. Mais aussi celle de Claude-Inga Barbey et Patrick Lapp. De couple strictement professionnel toutefois. Car par un glissement classique, les auditeurs et même l'entourage des protagonistes s'imaginent que le couple Monique et Roger se poursuit hors de scène. Il n'en est rien. En dehors des spectacles, ils ne se voient même pas particulièrement. Mais, au travail, sur scène, Claude-Inga Barbey et Patrick Lapp sont liés par une complicité «magique» selon Claude Blanc. Et c'est elle qui fonde l'originalité des spectacles, qui leur donne cette couleur si particulière.

Tout les sépare pourtant. Claude-Inga Barbey cultive l'introspection et une attention extrême aux drames intimes de ses contemporains. Elle s'en nourrit puis le restitue dans ses écrits (Petite Dépression centrée sur le jardin, 2000, Editions D'autre part). Son premier roman, largement autobiographique, paru en 2003, Le Palais de sucre, donnait les clés de son penchant noir: une enfance fracassée, entre inceste et toxicomanie des parents.

«J'admire la profondeur de Claude-Inga. Je suis pour ma part très superficiel», résume Patrick Lapp. Le comédien, qui a fait partie de toutes les aventures du théâtre romand depuis les années 70, cultive un humour très pince-sans-rire qui a fait, et fait toujours, les belles heures de la Radio romande avec Jean-Charles Simon, Emile Gardaz, Lova Golovtchiner, etc. Ils se complètent, se renvoient ombre et lumière comme deux miroirs jumeaux.

Publicité