Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Claire Renaud, patronne de la librairie Atmosphère, à Genève.
© Nathalie Infante/Blogatmosphere.ch

Phénomène

Une librairie de poche, avant les plateaux TV

Patronne de la plus petite librairie genevoise, Claire Renaud a les honneurs, ce jeudi dès 17h30, de la première séance de signatures de Joël Dicker. Elle raconte cette aubaine et le branle-bas de combat qui s’ensuit

D’abord elle a rosi, sous le choc. Puis elle a ri comme un amateur de miel devant un pot surprise. Puis elle a dit oui, juchée sur ses bottines à la Calamity Jane, crinière noire de Far West. C’était le 9 février et Claire Renaud, hôtesse rock’n’roll de la librairie Atmosphère, l’une des plus menues et charmeuses de Genève, a dit oui à Joël Dicker, à son choix de lancer sa campagne de signatures chez elle.

Le poids des signatures

Dans une vie de libraire, c’est le genre d’élection qui compte, s’emballe Claire Renaud, qui ouvrait en avril 2016, rue Saint-Léger, entre l’université et la Comédie, une enseigne qui lui ressemble, distinguée et joueuse. Des signatures d’auteurs, elle en organise souvent, ça fait partie du métier, «parce que les gens qui viennent une fois reviennent souvent». Mais Joël Dicker, c’est encore une autre dimension, par son aura, sa stature d’auteur populaire.

Lire aussi: Librairies romandes: l’atout Joël Dicker

La passion des sagas américaines

«C’est un habitué, nous parlons beaucoup de littérature américaine, de Jean Hegland et de Ron Rash par exemple, raconte-t-elle. Qu’il ait choisi Atmosphère est un honneur pour moi, un hommage qu’il rend, à travers ce lieu, aux librairies indépendantes, il y est attaché et pour nous, c’est très important.»

200 exemplaires commandés

A 24 heures du vernissage, Claire Renaud a pourtant les nerfs qui vrillent en pelote. Dans l’arrière-cour, de gros cartons forment un édifice bringuebalant: 200 exemplaires de La Disparition de Stephanie Mailer attendent d’être déflorés. «Et si c’était pas assez? Et si c’était trop?» s’inquiète la bienheureuse. On prend des paris: la tribu dickérienne sera bien là, elle se faufilera dès 17h30 dans ce cabanon-écrin où tout est aimé et choisi, les livres, les affiches, les bijoux comme le thé qu’on vous y sert.

Lire également: Joël Dicker: «Amener un jeune dans une librairie, c’est une victoire»

Une fièvre espérée

Ce jeudi, les notaires de cette tranchée feutrée tomberont peut-être à la renverse. A leurs pieds, une foule d’émeute se pressera, avide de goûter au thriller de Dicker. La rue Saint-Léger aura alors des allures de boulevard du crime. Et Claire Renaud s’esclaffera comme Calamity Jane.


Atmosphère, 1, rue Saint-Léger, de 17h30 à 20h; renseignements sur le site www.blogatmosphere.ch

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps