Un petit article de loi et un grand changement peut-être dans la vie des intermittents. Dans la nouvelle loi sur le chômage entrée en vigueur le 1er juillet, l'article 13 a de quoi réjouir les 1500 à 2000 professionnels du spectacle que compte la Suisse. Ce texte reconnaît en effet pour la première fois la spécificité du statut d'intermittent, dont la particularité est d'enchaîner période brève d'activités et période de recherche d'emploi.

Un progrès donc? Oui, pas seulement sur le plan symbolique. Grâce à ce fameux article 13, qui a fait l'objet d'âpres négociations, les techniciens et acteurs pourront accéder plus facilement aux 12 mois de cotisations (sur 24 requis) permettant de bénéficier de l'assurance chômage. Une ordonnance prévoit en effet que les 30 premiers jours de travail de tout contrat à durée déterminée compteront double.

Victoire donc pour les associations d'intermittents, qui avaient fortement réagi en 1998 à la nouvelle loi sur le chômage, qui faisait passer la durée de cotisation de 6 à 12 mois. Selon Jacques Michel, président romand d'Action intermittents, ce changement aurait fait chuter de 50% le nombre de professionnels du spectacle en Suisse.