Découvrir un film ayant comme personnage central une jeune Iranienne renvoie forcément à la révolte populaire et féministe qui amine depuis la mi-septembre la République islamique à la suite de la mort tragique de la jeune Mahsa Amini, décédée quelques jours après son arrestation par la police des mœurs, devenue soudainement un meurtre. Même si Juste une nuit a été tourné bien avant, avant d’avoir été dévoilé en début d’année à la Berlinale, ce qu’il dit de la place des femmes dans la société iranienne est comme une voix de plus au milieu du cortège de toutes celles et ceux qui osent désormais défier ce régime des mollahs qui a du sang sur les mains.