Le mystère semble en passe d'être levé sur la mort de Prince. Le chanteur est mort seul, d'une overdose de médicaments opiacés, a révélé jeudi le quotidien Minneapolis Star Tribune, citant une source proche de l'enquête. 

L'agence de presse AP, citant la police, a fait la même révélation.

Selon la presse américaine, des traces de Percocet, un médicament analgésique qui contient des substances narcotiques, ont été décelées dans l'organisme du chanteur. Des prescriptions pour un produit opiacé ont par ailleurs été retrouvés à sa résidence de Paisley Park, dans la banlieue de Minneapolis, a-t-on appris de source policière proche de l'enquête.

L'hypothèse d'un abus de ces médicaments anti-douleur avait été évoquée quelques heures après le décès de l'artiste, le 21 avril, et plusieurs éléments et témoignages avaient, depuis, pointé vers ce scénario.

Le chanteur, disparu le 21 avril à l'âge de 57 ans, serait décédé au moins six heures avant qu'on ne retrouve son corps et avait reçu un traitement par intraveineuse la veille de sa mort, a rapporté le Minneapolis Star Tribune.

Première overdose le 15 avril

Le quotidien de Minneapolis, ville natale du chanteur, n'indique pas si la conclusion d'une mort par overdose d'opiacés est appuyée ou non sur les résultats de l'autopsie, pratiquée au lendemain de la mort de Prince.

Interrogés par l'AFP, la police du comté de Carver, responsable de l'enquête, et l'institut médicolégal se sont refusés à tout commentaire et ont indiqué qu'il n'était pas prévu de publier jeudi les résultats de l'autopsie.

Selon les sources citées par le quotidien, le chanteur était devenu de plus en plus instable, malgré une apparence calme, après une première overdose de médicaments opiacés le 15 avril.

Lorsque qu'il a été retrouvé sans vie le 21 avril dans un ascenseur de son domaine de Paisley Park, il était probablement décédé depuis au moins six heures a expliqué un membre des services de secours aux forces de l'ordre et aux employés présents sur place, avance le journal.

Les autorités ont affirmé que la star était seule au moment de son décès et ont exclu la thèse du suicide ou de l'homicide. La veille de son décès, le chanteur avait reçu un traitement par intraveineuse dans un hôpital local, rapporte encore le journal.

Fin mai, le Minneapolis Star Tribune avait indiqué que le chanteur suivait un traitement de sevrage prescrit par un médecin du Minnesota, entamé lors des semaines précédent son décès.

Un spécialiste californien des addictions, le docteur californien Howard Kornfeld, a, par ailleurs, révélé avoir été contacté par l'entourage de Prince la veille du décès, pour solliciter ses services.

Dans l'impossibilité de se rendre immédiatement à Chanhassen, où se trouve Paisley Park, résidence du musicien, il avait dépêché son fils sur place.

Vague d'opiacés aux Etats-Unis

Ce dernier est arrivé sur place le 21 avril au matin et a découvert, avec des membres de l'entourage du chanteur, Prince mort dans un ascenseur de la résidence. 

Les opiacés, médicaments antidouleurs qui contiennent un dérivé de l'opium, sont responsables d'une vague d'overdoses qui frappe les Etats-Unis depuis plusieurs années.

En 2014, 14.000 personnes sont mortes d'une overdose impliquant ces médicaments, selon les données du Centre américain de prévention et de contrôle des maladies (CDC).