critique

Une reine musicale

Au Théâtre Am Stram Gram à Genève, Joan Mompart donne sa vision de la Reine des neiges, conte glaciale d’Andersen. Un torrent de musique et d’images pour une version sensorielle de ce récit traditionnel

Quatorze musiciens pour trois comédiens. La proportion parle d’elle-même. Dans La reine des neiges, à voir actuellement au Théâtre Am Stram Gram, à Genève, la musique occupe une place centrale. Interprétées en direct, les compositions de Christophe Sturzenegger évoquent Debussy pour la limpidité des sonorités, Wagner et les chants populaires pour le lyrisme mélodique du thème récurrent. Surtout, elle séduit d’emblée, cette musique, et épouse parfaitement la ligne visuelle voulue par Joan Mompartdu à la mise en scène: des projections en noir et blanc et en mouvement. Et les trois comédiens? Rachel Gordy, Marion Duval et Juan Antonio Crespillo sont vifs. Rapides dans les changements de costumes, bien sûr, mais aussi prompts à rendre les profils des personnages et leurs différents tempéraments. Seule réserve, des longueurs dans les multiples épisodes qui jalonnent le chemin initiatique de l’héroïne.

Ville flottante, fleurs qui éclosent, spirale infernale et visages d’enfants qui se déforment sous l’effet du miroir maléfique. Joan Mompart affectionne les images fortes, projections animées, et, même si la musique est suave, La Reine des neiges adaptée par Domenico Carli reste ce terrible personnage d’Andersen qui craint la chaleur des sentiments et déteste les hommes. A coup d’éclats de verre, la Reine freezer capture le jeune Kay (Marion Duval) et il faudra tout le courage de Gerda (Rachel Gordy) pour le libérer du grand froid. Sur sa route, des personnages fantasques (une corneille , un renne, des brigands, etc. interprétés par Marion Duval et Juan Antonio Crespillo en virtuoses du changement minute). Ces situations burlesques offrent de beaux moments de jeu, mais s’éternisent parfois un peu. En revanche, la musique est constamment envoûtante, prenante, chaleureuse à sa manière et rejoint la morale de l’histoire: avec du courage et un sens puissant de l’amitié, on peut renverser des statues de glace.

La Reine des neiges, jusqu’au 23 nov, au Théâtre Am Stram Gram, à Genève, tél. 022 735 79 24, www.amstramgram.ch, 1h, dès 7 ans

Publicité