Revue

Une saga valaisanne à la manière scandinave

La revue «L’Ours blanc» publie des textes courts, inédits, dans un élégant format réduit. Le n° 18 est un récit épique où souffle le vent du Grand Nord

Pour parler des gens de Saxon, Jérémie Gindre s’est laissé inspirer par Le Garçon qui voulait devenir un être humain du Danois Jörn Riel. On n’est pas en Scandinavie, ni au Moyen Age, mais en Valais, à l’époque où «la richesse déferlait sur les familles qui savaient tirer parti de la récente mécanisation des sports d’hiver», celle des «maquereaux des cimes blanches», fustigés par Maurice Chappaz.

Les quatre fils de René la Pipe et de Thérèse la Corneille – Henri le Maigre, Jacky Traîne-les-Pieds, Jean-René le Grison, Maurice le Mur et Michel la Belle-Chevelure – sont de fieffés bagarreurs, hâbleurs, buveurs, voleurs, amateurs de combats de reines, terreurs de la route. Leurs frasques atteignent des dimensions mythiques et la démesure des héros scandinaves leur sied parfaitement. Un savoureux portrait des Valaisans sur le mode héroïque.



Jérémie Gindre, «Saga des gens de Saxon», L’Ours blanc, no.18, Editions Héros-Limite, 28 p.

Publicité