Il y a eu une salve d’applaudissements. Le directeur de l’Opéra de Lausanne, Eric Vigié, voit son contrat prolongé jusqu’en 2021, ce qui a réjoui l’audience réunie pour la conférence de presse annuelle jeudi matin. Il continuera bien sûr à concocter des saisons avec un mélange de stars et de jeunes talents, mais son rêve serait de fonder une sorte d’Opéra Studio, à l’image de ce qui se fait en Suisse allemande, à l’Opéra de Zurich et au Théâtre Bienne-Soleure. «L’idée est de produire de l’art lyrique avec les jeunes diplômés de la HEM de Genève et de l’HEMU et les talents de demain. On pourrait même envisager une collaboration avec Lugano: ce serait un Opéra Studio de la Suisse latine!»

En attendant qu’il puisse mobiliser les fonds et concrétiser ce projet, Eric Vigié a annoncé les temps forts de la saison 2016-17. Détail qui a son importance: les premières n’auront plus lieu les vendredis soir (en raison de l’affluence qui baisse), mais les dimanches à 17 heures. L’opéra baroque tient une place de choix, avec l’Orfeo de Monteverdi en ouverture de saison. Le grand Robert Carsen signe la mise en scène avec son décorateur Radu Boruzescu et le chef-claveciniste Ottavio Dantone. «C’est un très gros projet pour nous. Il y aura une piscine sur le plateau» pour la barque de Charon et «il n’y aura que des jeunes chanteurs tous déjà lancés dans des carrières». Fernando Guimaraes, ténor portugais, campera le rôle-titre. Delphine Galou (Speranza/Proserpina) et Nicolas Courjal, «l'une des premières basses baroques», figurent aussi dans le cast.  

Coproduit avec le Festival Bach de Lausanne, Didon et Enée de Purcell (précédé d'extraits du Fairy Queen) brillera grâce à une équipe anglaise. Plus étonnant: Max Emanuel Cencic signe son retour à l’Opéra de Lausanne avec deux représentations semi-scéniques de Siroe de Johann Adolf Hasse. Ce sera l’occasion d’entendre le chef grec George Petrou et la soprano russe Julia Lezhneva. L’Ensemble Vocal de Lausanne et son nouveau chef Daniel Reuss interpréteront les sublimes Vêpres de la Sainte Vierge de Monteverdi avec des solistes de haut rang (Dorothee Mields, Thomas Hobbs, Stephan MacLeod…). 

Une création pour jeune public

Dans un tout autre registre, La Vie parisienne d’Offenbach animera les fêtes de fin d’année. Hamlet d’Ambroise Thomas constitue une surprise de taille, grand opéra romantique français servi par la jeune soprano colorature américaine Lisette Oropesa en Ophélie, sous la direction du très doué Fabien Gabel et mis en scène par Vincent Boussard. Eric Vigié met la main à la pâte avec Don Giovanni de Mozart dont il signe la mise en scène. Il reprend aussi La Bohème de Puccini de Claude Stratz complétée par lui-même. Lausanne accueille par ailleurs l’Opéra de Fribourg pour le rare Orlandino Paladino de Haydn.

On ne manquera pas le récital d’Olga Peretyatko, le Ballet national d’Espagne. Cet été, La Belle Fille de Cadix (montée par Patrick Lapp) sillonnera les théâtres de la Suisse romande dans le cadre de la Route lyrique. Enfin, l’Opéra propose une création, Les Zoocrates, une œuvre pour jeune public par le compositeur vaudois Thierry Besançon. Le projet est réalisé avec six metteurs en scène de la Manufacture, la Haute Ecole de théâtre de Suisse romande. «Ce sera assez rap et moderne. C’est la démocratie expliquée aux enfants par les animaux de la jungle», a commenté le directeur.


 

Saison 2016-17 à l’Opéra de Lausanne, www.opera-lausanne.ch