L'idée ? Elle est très simple: mettre en contact des professionnels de l'entreprise avec ceux, nombreux, qui veulent se lancer mais sans savoir par quel bout commencer. Et de les regrouper autour d'un programme bien rempli et bien carré. Lancée en 2008, la Semaine mondiale de l'entreprenariat compte une étape genevoise élaborée par Laurent Miéville, responsable du bureau Unitec de transfert de technologies et de compétences de l'Université et des Hôpitaux universitaires de Genève. Laquelle connaît depuis sa création un succès galopant. Les cessions sont ainsi passées de 31 en 2014, à 50 en 2015. « L'offre est telle que, cette année, nous avons mis au point une application pour faciliter les participants à composer leur menu », explique Constanze Möller chargée de communication à l'Université de Genève et coordinatrice de l'événement. Laquelle tient à préciser : « la Semaine s'adresse aux jeunes mais pas seulement. L'année dernière, le public était très nettement séparé : 50 % d'étudiants, 50 % de participants venus de l'extérieur. » Parmi ceux-ci des personnes sans emploi et d'autres qui cherchaient à changer d'orientation et devenir leur propre patron.

Alternative prisée

Cette année, la Semaine s'articule autour de quelques grands thème : Entrepreneuriat social, Entrepreneuriat à l’international, Entrepreneuriat technologique et Gérer mon entreprise. « A une époque où le monde du travail est passablement chahuté, lancer son projet entrepreneurial est une alternative souvent prisée. On constate aussi que les jeunes sont de plus en plus intéressés à tenter cette aventure. Lorsqu'ils planchent sur une idée, ils envisagent facilement la possibilité de le réaliser eux-mêmes. » Reste alors les grandes questions : comment la financer, où et avec qui ? « Nos ateliers, conférences et forum sont, pour eux, l'occasion de venir découvrir ce qu'être entrepreneur veut dire. Ici, ils peuvent recevoir des outils pour bien démarrer et rencontrer les personnes susceptibles de les aider dans leurs démarches et leurs gestion. »

Sauf qu'il y a parfois loin de la coupe au lèvre, surtout en Suisse où l'esprit d'entreprise semble toujours compliqué à mettre en oeuvre. « C'est vrai, monter sa propre entreprise n'est jamais très facile. Cela demande beaucoup d'investissement à la fois personnel et de temps. Mais les professionnels de l'économie et du droit qui soutiennent ces initiatives et les accompagnent sont aussi toujours plus nombreux, précise Constanze Möller. En 5 ans, nous avons réussi à fédérer les principaux acteurs impliqués dans la création d'entreprise à Genève.»

Manager star

Comme chaque fois, les ateliers, conférences et forum organisée du 16 au 22 novembre sont rigoureusement gratuit et ouvert à tous le monde. Parmi les intervenants, citons la conférence d'Yves Pigneur (mardi à 12h15). L'informaticien belge, professeur de management et des systèmes d'information à l'Université de Lausanne vient de remporter le Strategy Award 2015, l'équivalent des Oscar dans le domaine du management, une conférence autour du busniess de la bière artisanale avec Nathalie Droz, fondatrice de la Brasserie des Murailles (mercredi à 12h15). Et le « Concours de la meilleure idée » dont les lauréats, proclamés vendredi soir, se verront offrir des séances de coaching ou des places de coworking.