On ne pouvait qu’être curieux de la version innovante de L’Affaire Makropoulos proposée au Grand Théâtre de Genève. Pour répondre aux exigences sanitaires, le directeur de l’Opéra, Aviel Cahn, et celui de l’OSR, Steve Roger, ont proposé une solution inédite. Un ouvrage lyrique privé d’orchestre en fosse, avec l’opulente partition orchestrale préalablement enregistrée quelques mois avant. Les chanteurs? Sur scène, en live, dans les décors et la mise en scène prévus. La formule était osée. Le résultat se révèle, étonnamment, des plus convaincants.

Lire aussi: L’opéra en sursis face au coronavirus