Le matin, il monte sur son tuk-tuk, genre de cyclo-pousse motorisé à trois roues, et s’en va garder ses vaches. Une quarantaine de génisses qui sont la propriété de la prison de Crêtelongue, près de Granges (VS). Daniel Sarrasin est l’un des cinquante détenus de cet établissement. Il est autorisé à travailler la journée au-dehors. Il a 68 ans, est surnommé «papy» par les autres prisonniers, «pas un mot» par l’administration pénitentiaire «parce que dans ma vie de taulard je n’ai jamais balancé quelqu’un».