Une histoire vraie a inspiré ce fascinant roman: un jour d'hiver de l'année 1900, les trois gardiens du phare d'Eilean Moor (une île déserte aux confins de l'Atlantique) disparaissent pour toujours, ne laissant derrière eux qu'un livre de bord dont les dernières lignes parlent d'une tempête exceptionnelle qui n'a pourtant été observée nulle part ailleurs.

Jensen imagine alors la vie de chacun de ces hommes – vies aventureuses, chacune marquée par l'injustice sociale, la solitude morale et la rencontre prémonitoire d'un navire

voguant sans équipage… Quand ces hommes sont réunis sur l'île pour y faire fonctionner le phare, les voilà pris au piège de leur passé: c'est que l'isolement est total, la mer violente et les esprits fragiles. Dans une course à l'abîme digne du Typhon de Conrad, ou du Jens Munk de Hansen, ces solides marins finissent par croire à un destin biblique, l'un d'eux ne serait-il pas Jonas? N'ont-ils pas tous quelque faute à expier? Un radeau est construit, l'allégorie trouve à s'incarner… Le Phare de l'Atlantide (Tärnet i Atlantis), écrit en 1983, est la première œuvre traduite en français du romancier danois.