Après s’être offert une escapade dans un mois d’août caniculaire, Valerio Varesi retrouve la saison froide et le brouillard qui plaisent tant à son commissaire Soneri. De cette ouate magique qui tout à la fois aveugle et libère, il fait même l’un des thèmes principaux d’Or, encens et poussière. Dense, lyrique et inspiré, ce nouveau polar s’ouvre sur la somptueuse description d'«une soirée d’autres temps, d’avant que les saisons ne se ressemblent toutes. Lorsque la ville s’enveloppe d’une coquille de vapeur et retrouve soudainement toute son intimité.»