Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le grand chef russe Valery Gergiev reprend la direction du Verbier Festival Orchestra après Charles Dutoit.
© Alexander Shapunov

Festival

Valery Gergiev, cadeau d’anniversaire de Verbier

Pour les 25 ans du festival classique, la fête sera belle et la manifestation s’octroie le luxe de nommer le grand chef russe à la tête de son orchestre

Un quart de siècle et plus que jamais éblouissant. Le festival de Verbier, lancé par Martin Engstroem en 1994, atteint mieux que l’âge de raison: celui de la grâce. Comment? La manifestation souffle ses 25 bougies avec le plus somptueux des cadeaux: le chef Valery Gergiev.

Comme supposé depuis plusieurs mois (LT du 25.07.2017), le tsar de la baguette succédera en effet à Charles Dutoit. Ce dernier a pris une «retraite» bien méritée à 80 ans, après huit saisons tenues haut la main.

Fondé en 2000, le Verbier Festival Orchestra (VFO) avait initialement été dirigé pendant neuf ans par James Levine. Le chef américain fait malheureusement aujourd’hui la une des journaux avec des accusations d’abus sexuels sur mineurs entre 1968 et 1985. C’est donc «très attristé par ces nouvelles» que Martin Engstroem a présenté la nouvelle saison mardi. Mais les yeux et les oreilles tendus vers le présent et l’avenir. L’arrivée du chef de l’Orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, dont la réputation se situe tout en haut de l’échelle des personnalités musicales actuelles, propulse toujours plus loin le rayonnement de Verbier.

«Des attentes hors du commun»

Valery Gergiev n’a évidemment pas pu être présent le jour de la conférence de presse à Lausanne. Dans une vidéo enregistrée en Chine, le chef sur-occupé insiste sur la nécessité pour lui de proposer des «programmes originaux et innovants», avec des «artistes intéressants» capables de répondre à des «attentes hors du commun». Tout cela en lien étroit avec l’accompagnement de la jeunesse et dans un esprit festivalier «frais et énergétique».

Véritable exploit, le nouveau directeur musical du VFO passera une pleine semaine à Verbier pour y diriger un opéra en version de concert (Adriana Lecouvreur de Francesco Cilea le 26 juillet) et une soirée symphonique qui ouvrira les festivités le 19 juillet avec trois jeunes solistes: le violoniste prodige Daniel Lozakovich (16 ans), le pianiste George Li (22 ans) et la soprano Pretty Yende. Si tout se passe bien, Valery Gergiev tiendra les rênes de la phalange pendant un nombre d’années indéterminé, qu’on espère grand.

Cinquante musiciens en concert de gala

Sur le plan de la programmation, les artistes les plus prestigieux signeront bien sûr l’édition 2018. Les fidèles de toujours se réuniront le 25 juillet dans un concert de gala exceptionnel: pas moins d’une quarantaine de musiciens célèbres, voire plus, ont répondu à l’appel commémoratif.

Mais les plus grands talents d’aujourd’hui et de demain se succéderont aussi tout au long de la manifestation qui dure dix-huit jours, égraine 59 concerts avec 88 artistes et 270 jeunes musiciens venus intégrer l’académie, les orchestres ou les master classes.

Car Verbier, rappelons-le, ce n’est pas qu’une succession de soirées musicales avec les interprètes les plus renommés. C’est aussi une abondance de rendez-vous, gratuits et quotidiens. Cours ou Fest’off multiplient les occasions de rencontres et de formation qui sont les deux chevaux de bataille du fondateur.

Ce qui marque encore ce quart de siècle? Une gouvernance toute neuve. Dirigée par Peter Brabeck-Letmathe, la fondation souhaite «solidifier les structures organisationnelles et financières» pour pérenniser Verbier. La bonne marche des opérations a été confiée à Câline Yamakawa.

Souvenirs et émotions

Côté souvenirs, la maison de disques Deutsche Grammophon sortira un coffret des meilleurs moments de Verbier. Et les éditions Noir sur Blanc produiront un livre de photos pour ajouter à la commémoration la beauté de l’image fixe. Enfin, l’EPFL a conçu une isolation de la tente des Combins, qui devrait la protéger des effets sonores de la pluie et des orages.

Restent l’émotion et la joie du fondateur. Martin Engstroem n’imaginait pas un tel succès sur une pareille longévité. Sa plus grande fierté? «Avoir construit à Verbier une destination incontournable pour les jeunes générations de musiciens qui espèrent faire une carrière dans la musique classique. Et que public et musiciens se sentent ici chez eux.»


Festival de Verbier, du 19 juillet au 5 août 2018.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Alain Gillièron: un artisan 2.0

Ses week-ends, Alain Gillièron les passe dans sa cave. Il conçoit des modules électroniques qui peuvent créer de la musique. Une passion qui l'a mené à lancer sa propre entreprise WaveLicker.

Alain Gillièron: un artisan 2.0

n/a