Jazz

Les valeurs curatives de Jazz Afro Garage

Dans «Eighteen Ways to Miss Egypt», le groupe brille de fantaisie

Genre: Jazz
Qui ? Afro Garage
Titre: Eighteen Ways to Miss Egypt
Chez qui ? (Leo/www.leorecords.com)

Reconnaître à cette musique des vertus curatives: pourquoi pas? On en ressort en tout cas lustralement lavé, purgé de toutes les nauséabonderies que l’air passablement vicié du business a déposées dans nos oreilles. Le piano de Christoph Baumann, la contrebasse et les cordes vocales de Jacques Siron, la batterie de Dieter Ulrich, bref les trois têtes chercheuses d’Afro Garage ne se reconnaissent qu’une maîtresse: la fantaisie. Le plus souvent débridée dans ses manifestations, elle trouve sa source et son ciment dans une pratique assidue de l’impro. Tout cela facilite le surgissement d’images fortes, tel le muezzin imaginaire de «Bizarbazar», malaxeur amadoué de sons en quête d’insoumission aux codes du bien jouer. Michel Barbey

Publicité