Vallée de l’étonnement et joie de l’épure

L’âge allège. A 89 ans, Peter Brook ne montre aucun signe d’essoufflement. Au contraire. Son théâtre, ramené plus que jamais à l’essentiel, vibre d’une joie espiègle qui raconte tous les possibles humains. Avec un faible pour les fragiles, les décalés, ceux dont les cerveaux à la complexion étrange projettent leur propriétaire dans une réalité secouée. D’où le titre de ce dernier spectacle, The Valley of Astonishment . Car il est bien question de surprise, même d’émerveillement, face à ces personnes sujettes à la synesthésie. Sur un plateau nu, avec ses comédiens médiums, Brook orchestre une véritable fête des sens.

Elle a joué Richard III et on imagine facilement son corps menu et légèrement tordu au service du tyran. Kathrin Hunter, la cinquantaine ultra-expressive, est le clou de la soirée. Cette comédienne britannique fascine avec sa voix profonde, éraillée, et son air perpétuellement effaré.

Dans La Vallée de l’étonnement, elle joue Samy Costas, une hypermnésique, elle aussi synesthète, puisqu’elle doit sa mémoire sans faille à un système de rangement visuel: chaque fois que Samy entend un nom ou un chiffre, elle l’inscrit dans un contexte connu – un lieu ou des proches – qui le rend à jamais vivant. On réalise ainsi que les hypermnésiques ne sont pas des as de la technique mnémonique, mais de grands sensibles qui cohabitent sans cesse avec un barnum fourmillant!

Inspiré par Solomon Chere­chev­ski, dont Peter Brook et Marie-Hélène Estienne ont déjà raconté le parcours dans Je suis un phénomène, Samy invite le spectateur à accepter une autre réalité. Et à réinventer la sienne. Même incitation avec ce synesthète (Jared McNeill) qui peint la musique, allumant le plateau de ses couleurs jazzy. Ou ce prestidigitateur (Marcello Magni) qui prête au public des pouvoirs magiques…

Trois chaises, deux musiciens – un Occidental, un Japonais –, une table. Peter Brook a une botte secrète: toujours plus de simplicité pour toujours plus d’humanité. On lui dit merci!

The Valley of Astonishment , ce soir, 17 oct., Forum Meyrin, 022 939 34 34, www.forum-meyrin.ch