C’est un livre fulgurant qui ne se lâche pas avant le dernier mot. Une œuvre qui marque au fer. Le récit cinglant du saccage d’une fille de 14 ans par un écrivain de 50 ans se rengorgeant de ses pratiques pédocriminelles dans des écrits admirés, hier encore, par toute une caste journalistico-littéraire. Le Consentement, de Vanessa Springora, n’est pas encore sorti quand on la rencontre qu’il fait déjà vaciller le monde des lettres, mis face à sa complicité passée, et désormais sa conscience.

Lire aussi: Avec Gabriel Matzneff, le choc de deux époques