Faire entendre, enfin, la voix des victimes d’abus sexuels. C’est ce que permet le livre tout juste paru de Vanessa Springora, Le Consentement, où elle raconte, trente ans après les faits, comment elle a vécu, de 14 à 16 ans, sous l’emprise sentimentale et sexuelle de l’écrivain et pédophile militant Gabriel Matzneff, alors au début de la cinquantaine. C’est aussi ce qu’a permis la prise de parole d’Adèle Haenel, il y a à peine deux mois, sur le site de Mediapart. La comédienne, en interview, dénonçait, quinze ans après les faits, le harcèlement et les attouchements sexuels qu’elle avait subis entre 12 et 15 ans de la part du réalisateur Christophe Ruggia (qui nie ce qui lui est reproché), pendant et après le tournage du film Les Diables.