Spectacle

Dans le ventre du théâtre, la joie du Petit Poucet

La compagnie italienne Societas Raffaello Sanzio invite à chausser les bottes de sept lieues, sur les traces de Charles Perrault, le temps d’un songe mémorable, au Théâtre Am Stram Gram à Genève

Imprimer sa griffe, telle est l’ambition d’un nouveau directeur de salle. A la tête du Théâtre Am Stram Gram depuis septembre, le Français Fabrice Melquiot a déjà imposé son style. Il interroge davantage qu’il n’affirme; il éprouve la convention théâtrale à hauteur d’enfant, c’est-à-dire très haut, comme dans Nos Amours bêtes, célébration allègre du jeu; il privilégie des dispositifs, textuels ou scéniques, qui purgent la fiction de ses routines et la ramènent au berceau. Buchettino, à l’affiche jusqu’à samedi, a l’intensité d’une nuit originelle, celle du premier conte entendu, celle d’un ventre maternel dans lequel la volupté et l’effroi seraient indissociables. La compagnie italienne Societas Raffaello Sanzio invite à s’abandonner à ce mystère.

Ventre de la mère? Oui, pour mieux faire face à la panse de l’ogre. Car c’est bien cette ombre qui rôde dans Le Petit Poucet ( Buchettino en italien) de Charles Perrault. Il est 15 heures, ce jour-là. Et cinquante spectateurs pénètrent dans une maisonnette, un rez-de-chaussée qui sent la mousse et le hibou; dans cet antre, des lits implorent le visiteur. Sur un tabouret, l’actrice Silvia Pasello invite ses hôtes à glisser leur étonnement sous les draps. «Chut, les enfants…» Au-dessus, la nuit fait crac. «Il était une fois sept marmots», dit-elle. Leurs parents étaient très pauvres, poursuit-elle, si bien qu’ils ont décidé d’abandonner leurs trésors. Sauf que le benjamin a semé des cailloux. Mais l’ogre rôde. Et voici qu’on entend sa voix: «Je sens la chair fraîche.» Cette voix est celle de nos cauchemars enfouis. Ses bottes, à présent, martèlent nos crânes. A l’étage, deux bruiteurs endiablent le récit de la merveilleuse Silvia Pasello. La frousse cavale. Mais dans nos bottes de sept lieues, on n’a plus peur de rien.

Buchettino, Théâtre Am Stram Gram à Genève, jusqu’au 20 avril. 022 735 79 24. Dès 8 ans.

Publicité