Dans la 2e Symphonie de Mahler (œuvre idéale pour clôturer un festival), il y a ce moment merveilleux où le chœur fait une entrée pianissimo dans le dernier mouvement. Et le moment fut magique, samedi soir à la Salle des Combins. L’Oberwalliser Vokalensemble a donné le meilleur de lui-même dans les dernières pages de cette œuvre grandiose, sous la direction d’un Fabio Luisi transpirant, pleinement investi.

Lire aussi: Ray Chen, le violon au corps