Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Yuja Wang et le chef Gianandrea Noseda ont brillé dans le concert de clôture du Verbier Festival.
© Aline Paley ©

Classique

Verbier Festival: 25e anniversaire en apothéose

Le Verbier Festival a vécu une édition en or grâce à la pléiade de vedettes qui se sont entraidées et ont fait briller la musique

Un ciel radieux (malgré quelques orages passagers), une billetterie sensiblement en hausse (38 000 billets attribués, soit une progression de 16% par rapport à l’été passé), des masterclasses et concerts gratuits fréquentés par quelque 25 000 personnes: le Verbier Festival se termine en beauté. En tout, ce sont près de 63 500 festivaliers qui ont vécu l’édition du 25e anniversaire.

Annulations d’artistes en cascade

Si le bilan artistique et chiffré est remarquable, le fondateur et directeur Martin Engstroem a dû faire face à un nombre record d’annulations. Pendant toute la durée du festival, il s’est démené pour trouver des remplaçants: «C’était sportif, dit-il. On a eu de la malchance avec quelques artistes clé – Janine Jansen, Gautier Capuçon et Martha Argerich – , mais par le fait qu’on avait énormément d’artistes dans la station, on a pu remplacer ces grands noms par d’autres grands noms.»

Qui aurait cru que Sir Simon Rattle accepte de remplacer au pied levé le chef hongrois Iván Fischer? Son concert du 2 août restera à jamais dans les annales du festival. Après des répétitions (très) exigeantes mais ô combien fascinantes, Rattle et le Verbier Festival Orchestra ont livré une 5e Symphonie de Beethoven du feu de Dieu. Les jeunes musiciens semblaient faire corps avec leur chef dans une ferveur inégalée. Le public n’en croyait pas ses oreilles.

András Schiff à la rescousse de Radu Lupu

Le pianiste András Schiff – désormais un habitué du festival – a accepté de secourir son collègue et «ami» Radu Lupu in extremis dans le 4e Concerto de Beethoven. Schiff l’apprenait le jour-même, aux alentours de 12h15, alors qu’il donnait une masterclass de musique de chambre. Le temps de se remettre l’œuvre dans les doigts quelque heures l’après-midi, il surmontait l’exploit et faisait vive impression dans ce 4e Concerto (malgré quelques approximations insignifiantes) avec Gábor Takács-Nagy. Trois jours auparavant, il avait ébloui le public dans le Concerto en fa mineur BWV 1056 de Bach et le 1er Concerto de Beethoven.

Quant à Daniil Trifonov, le jeune pianiste russe ne cesse de gagner en maturité. La beauté de la sonorité, la variété des couleurs, la science des timbres ont fait merveille dans les « Variations sur un thème de Chopin » de Rachmaninov, les Variations sur «Là ci darem la mano» et la 2e Sonate Funèbre de Chopin (superbe!). Trifonov s’est surpassé dans le 2e Concerto de Prokofiev, âpre, sombre, métaphysique, d’une virtuosité ahurissante, prouvant une fois de plus qu’il est le plus grand pianiste russe de sa génération (voire de son époque). Gianandrea Noseda et le Verbier Festival Orchestra l’ont accompagné avec force et engagement. Le lendemain, pour le concert de clôture, Yuja Wang brillait dans les 5e et 3e Concertos de Prokofiev, au jeu vif, alerte, tout en grâce.

Plus de billets vendus

La soirée de gala des 25 ans a réuni une pléiade de vedettes du classique pour un événement festif, beaucoup plus réussi que la soirée du 20e anniversaire trop sérieuse. « On a réussi à hisser la réputation du Verbier Festival pour ce 25e anniversaire, dit Martin Engstroem. On a vendu nettement plus de billets. C’est bon signe, mais le travail n’est jamais acquis. Il faut essayer de faire encore mieux l’année prochaine. » Or, comme le faisait remarquer une festivalière, « It’s hard to beat » (« c’est difficile à battre »), et on voit mal comment Martin Engstroem va pouvoir composer une affiche aussi prestigieuse l’été prochain !

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a