L’enthousiasme, on aimerait le voir s’exprimer librement et pleinement. Mais depuis 2019, la situation imposée par le covid a plombé les élans, malgré la résilience des entreprises culturelles. C’est donc encore en visioconférence que Martin Engstroem a présenté sa 29e édition, en compagnie de la directrice des opérations Câline Yamakawa, et du responsable de l’académie Stephen McHolm.

Quoi de neuf à l’aube des prochaines trois décennies? Un hommage d’abord. Celui réservé aux 90 ans du compositeur Rodion Shchedrin, auquel le festival est lié depuis 1997. «Nous avons tenu à saluer ces vingt-cinq ans d’amitié, qui nous ont valu de belles heures à Verbier. Il figurera notamment dans le premier concert symphonique d’ouverture, aux côtés de Dmitri Chostakovitch», souligne le directeur.

«Short list» glorieuse

Sur le plan programmatique, le cap est conservé, avec, comme toujours, les plus grands musiciens. Les fidèles ont répondu à l’appel des 60 concerts répartis sur les deux dernières semaines de juillet. Parmi les 250 artistes de cette nouvelle réunion musicale au sommet, on retrouvera bien sûr les plus célèbres.

La short list est glorieuse: Martha Argerich, Gautier Capuçon, Andras Schiff, Alexandre Kantorow, Evgeny Kissin, Yuja Wang, Stanislas de Barbeyrac, Lucas Debargue, Daniil Trifonov ou Martin Fröst se succéderont entre autres noms sous la grande tente.

Les directeurs musicaux attitrés de la manifestation, Gabor Takacs-Nagy et Valery Gergiev, tiendront toujours la baguette (ou le cure-dent…) devant les orchestres maison (le VFO et le VFCO). Mais on retrouvera aussi Gianandrea Noseda (dans l’opéra Un Ballo in maschera de Verdi), Charles Dutoit ou Klaus Mäkelä.

Perles sur collier

Le piano est aussi encore roi sur les cimes bagnardes. En plus des sept stars déjà citées, Yefim Bronfman, Mikhaïl Pletnev, Sergei Babayan et Denis Matsuev s’empareront des claviers.

Martin Engstroem décline les événements originaux comme perles sur collier: «Le quatuor Ebène, la rencontre improbable de Kissin et Schiff, un concert lecture avec Thomas Hampson, du jazz avec enfin Brad Mehldau pour un concert d’improvisation et une soirée avec le ténor Ian Bostridge dans un cycle de mélodies composé par le pianiste, et des Lieder de Schumann…»

Cela ne fait pas oublier la mission de rajeunissement de la manifestation, tant au niveau des artistes invités, que des élèves venant se former. On connaît déjà bien Alexandre Kantorow, qui fait une carrière éblouissante depuis son premier Prix au Concours Tchaïkovski de Moscou. Mais le fondateur du festival a aussi tenu à inviter ceux qu’il pense devenir les étoiles de demain.

Une pépinière de talents

Nobuyuki Tsujii, Zlatomir Fung, Alexander Malofeev, Jakub Jozef Orlinski ainsi que Daniel Lozakovich, Mao Fujita et Timothy Chooi, tous les trois anciens étudiants de l’Académie du Verbier Festival, seront de l’aventure. Ainsi qu’un phénomène cher au programmateur: Tsotne Zedginidze. Le jeune prodige de 12 ans donnera un récital où il présentera l’une de ses propres compositions.

L’aspect «laboratoire» de Verbier est un autre de ses atouts maîtres. L’académie y cultive une pépinière de talents. Le Verbier Festival Junior Orchestra, les master classes ouvertes au public ainsi que les solistes, chanteurs et ensembles de l’académie qui se produiront dans les showcases composent une riche proposition de rendez-vous très appréciés.

Programme foisonnant

Quant au foisonnant programme Unlimited, il sera dévoilé au printemps. Ses nombreuses activités gratuites et événements accessibles à tous déclinent les concerts secrets, les randonnées musicales, des ateliers pour les enfants, des conférences et présentations ou le Philanthropy Forum.

De quoi glaner des instants de musique sous toutes ses formes, pour peu que la situation sanitaire soit propice. En attendant, tout est mis en œuvre pour une sécurité maximale générale.

Festival de Verbier, du 15 au 31 juillet, www.verbierfestival.com