C’est dans un torrent d’applaudissements que le concert inaugural s’est achevé vendredi soir, dans la salle des Combins. Le chef d’orchestre Gianandrea Noseda aura mouillé sa chemise – au sens propre et figuré – pour diriger la Quatrième Symphonie de Chostakovitch, l’une des œuvres les plus puissantes et expérimentales du compositeur russe. Cette fresque a été écrite au milieu des années 1930 dans un climat de répression politique en URSS, avant d’être créée seulement en 1961. Soixante ans plus tard, les jeunes musiciens du Verbier Festival Orchestra ont paru galvanisés sous la baguette d’un démiurge.