Livres

Véronique Bizot, l’humour au-dessus de l’abîme

De livre en livre, elle manie le comique de situation pour mieux dompter le tragique. A l’occasion de la parution d’«Une Complication, une calamité, un amour», discussion au café où il sera question du cinéma de Jean-Pierre Melville et de Thomas Bernhard

Véronique Bizot nous attendait sur la terrasse du Stand, un café du boulevard Edgar-Quinet, au pied de la tour Montparnasse, à Paris. Il bruine. Attentionnée, elle suggère de nous replier à l’intérieur. Véronique Bizot est l’une des voix les plus originales de la littérature française d’aujourd’hui. Elle écrit des nouvelles, un genre qui vous place d’emblée à part dans une production où le roman est roi.

Ensuite, la fulgurance comique est un motif constant chez elle, et là encore, choisir l’humour, même s’il tangue toujours au-dessus de l’abîme, c’est un signe distinctif. Enfin, sa façon d’écrire est immédiatement reconnaissable avec ses phrases qui serpentent, en tension immédiate, comme un torrent souterrain, charriant les paysages, les êtres, pour mieux dessiner une carte de l’absurde.