Omar Porras-Speck, 34 ans, Théâtre Malandro, Genève.

Le Colombien Omar Porras-Speck est un expert en chaos théâtral. Son art? Déficeler les textes, puis trouver des topographies imaginaires incela a donné il y a quelques années Une visite de la vieille dame explosive. Dans le in, à la Comédie de édites. Dans le off genevois, GenOthello désarçonnant et surtout des Noces de sang tribales. Il ne faut donc pas s'étonner qu'Omar Porras-Speck rêve de ève, un bourrasques rvénérable institution: «La Comédie, quel beau bateau! Mais hélas, les doux vents du lac ne la font pas égénératrices pour la danser. (...) Quel rêve! La voir dériver, cette Comédie, jusqu'au sein des vagues folles et des farouches océans», déclare-t-il. Avant de prest plombée par son passé. Je rêve d'un théâtre rendu accessible au plus grand nombre par des prix éciser: «La scène des Philosophes dtrès bas et ouvert jour et nuit. Ce lieu pourrait former, à travers des débats et des rencontres, les spectateurs et les acteurs de 'entrée demain. Il devrait aussi programmer des spectacles qui interpellent physiquement le public pour en faire le partenaire naturel d'une fête dionysiaque, divresse des sens.

'une »l'outil d'un directeur, mais celui d'une compagnie qui assumerait collectivement La Comédie, telle que je l'imagine, ne serait surtout pas ses choix. Et cette scdevrait s'ouvrir au monde. Pas seulement pour satisfaire les impératifs économiques. Mais pour que le théâtre ène vive intensément sa danse, pour qu'il s'enrichisse d'autres couleurs, d'autres rythmes, d'autres corps.»