Vous aurez peut-être vu la bande-annonce, qui se termine par un saut dans le vide que même Tom Cruise n'aurait pas osé envisager. Si vous vous ruez sur Vertical Limit pour découvrir l'atterrissage, vous serez déçu, comme lorsque vous êtes allé voir Mission: Impossible 2 pour frémir à la vision de Cruise taquinant le vide du Grand Canyon: il y aura toujours une ellipse narrative ou quelque effet de montage pour tirer le héros d'affaire. Mais, à condition d'avoir intégré cette règle du bon vieux cinoche, rien n'interdit de prendre un vrai plaisir au film de Martin Campbell. Loin de la poudre aux yeux stylistique d'un John Woo, ce spécialiste du cinéma d'action bien carré (Absalom 2022, Goldeneye, Le Masque de Zorro) livre en effet une série B des plus divertissantes. Avec, inflation oblige, les grands moyens sinon vraiment les stars d'une série A.

Grimpette

On frémit (ou s'amuse, selon l'humeur) dès le prologue: en pleine escalade à mains nues dans le désert de Monument Valley, une famille composée d'un père, de son fils et de sa fille, se retrouve en difficulté, au point que le fils doit sacrifier le père en coupant la corde qui les lie. Quelques années après ce traumatisme, Peter Garrett retrouve par hasard sa sœur Annie au pied du K2, redoutable sommet de l'Himalaya (filmé en… Nouvelle-Zélande). Il a renoncé à la grimpette, mais lorsque la cordée d'Annie, menée par le richissime Elliot Vaughn, se retrouve prisonnière d'une crevasse, Peter se décide à diriger une équipe de sauvetage… Avec ses ficelles plus voyantes que les cordes de rappel et son recours grotesque à la nitroglycérine, le scénario prête à sourire, mais les nombreuses scènes d'alpinisme sont franchement impressionnantes. Et puis, comment ne pas applaudir à un film dont le grand méchant évoque irrésistiblement Richard Branson, le sémillant patron de Virgin? Au contraire d'un Cliffhanger (1993, avec Sylvester Stallone) voué au culte de la testostérone, Vertical Limit s'avère presque sympathique.

Vertical Limit, de Martin Campbell (USA 2000), avec Chris O'Donnell, Bill Paxton, Robin Tunney, Izabella Scorupco, Scott Glenn, Stuart Wilson.