Genre: Essai
Qui ? François Gachoud
Titre: La philosophie comme exercice du vertige
Chez qui ? Cerf, 150 p.

Le texte du Fribourgeois François Gachoud a les défauts de ses qualités. L’essai se livre comme une suite en quinze mouvements et autant de réflexions sur des axes majeurs de l’homme se pensant, vus à travers le prisme du vertige («Vertige d’exister», «Vertige de connaître», «Vertige d’aimer», etc.). A force, la contrainte se fait presque astreinte: il faut payer son dû au mot d’ordre vertigineux, et le répéter encore et encore. Souci (peut-être) excessif de clarté, car les évocations de François Gachoud sont assez ensoleillées et alertes pour se passer de cette béquille.

De fait, et mis à part ce détail formel, on a ici un parcours riche en enseignement(s) d’une grande île à l’autre de l’archipel philosophique. François Gachoud a une conscience aiguë de la longue histoire de sa discipline, et il est surtout au bénéfice des trois dons nécessaires à faire de son œuvre un livre de passeur: un esprit de synthèse abouti, un instinct pédagogique sans faille et une habileté proche de celle du conteur lorsqu’il s’agit de rendre sens aux concepts.

On fait ainsi face à de très belles pages, principalement lorsque l’auteur s’aventure sur des chemins qui pourraient être propices aux apories: avec lui, le temps, la physique quantique et même la mort deviennent d’étonnants terrains de jeu de l’esprit.