Lorsqu’on se lance dans une discussion à bâtons rompus avec deux citoyens britanniques, à un moment ou un autre, on parle forcément Brexit. Mais pas forcément en haussant le ton. «C’est complètement idiot», lâche ainsi sobrement Stephen Frears, comme résigné. A ses côtés, John Preston est tout aussi las du gloubi-boulga politique dans lequel s’est enfoncé le Royaume-Uni depuis plus de trois ans: «C’est une catastrophe, mais ça va bien finir par arriver…» En effet: suite au triomphe sans appel du conservateur Boris Johnson lors des élections législatives de jeudi dernier, le Brexit devrait finalement bel et bien avoir lieu le 31 janvier prochain.

A lire: Victoire écrasante de Boris Johnson