Ouverte l'automne dernier, la galerie Yves Callet-Molin a inauguré sa troisième exposition. Elle est dédiée au groupe vaudois de l'Œuvre et aux artistes que cette association soutient en éditant chaque année une ou deux gravures signées de la main de l'un d'eux. Visite de cette galerie sise dans les locaux d'un architecte, qui affirme se livrer, en dehors de ses mandats, à une véritable activité de galeriste: «Aux heures d'ouverture de la galerie, l'architecture disparaît.»

Effectivement, si les locaux sont relativement exigus, s'ils restent meublés d'objets «design» à la façon d'un bureau d'architecte, l'honneur est réservé aux œuvres, ou plutôt, en l'occurrence, à l'Œuvre. Fondée en 1913 par quelques grands noms de l'architecture, dont Le Corbusier et Alphonse Laverrière, cette association entendait mettre en liaison le travail de l'artisan et la production industrielle, en amenant les créateurs, les entrepreneurs et les décideurs à se rencontrer. Aujourd'hui encore, présidée depuis une dizaine d'années par un architecte, Yves Callet-Molin lui-même, l'Œuvre regroupe des professionnels de l'architecture et des arts visuels. Régulièrement, elle se rappelle au public par des opérations telles que le concours national pour un mobilier urbain lancé en 1991, qui a impliqué en particulier les écoles d'art.

Sur le plan vaudois, l'association désire promouvoir auprès d'un public élargi un certain nombre d'artistes sélectionnés. Médium privilégié de cette ouverture, la gravure, plus accessible que les travaux issus d'autres disciplines. Depuis dix ans, sept artistes ont produit dix-sept estampes sous l'égide de l'Œuvre. Ce sont ces planches, assorties d'autres productions des mêmes artistes, sculptures, dessins ou monotypes, que le visiteur de la galerie Yves Callet-Molin peut découvrir ce printemps. On y retrouve les noms de Francine Simonin, représentée notamment par deux très beaux «mirages» à l'orientale, d'Henri Presset, qui propose des couples ramassés et bien sûr amoureux, de Catherine Bolle, qui réalise des travaux comme toujours sans fard, dénués de tout désir de plaire.

Armand Desarzens exécute au burin et parfois à l'eau-forte des illustrations raffinées de fragments empruntés à différents écrivains, Jacqueline Tanner, Vahé Godel ou E.M. Forster. Des illustrations à la fois évocatrices, notamment de voyages et de géographie, et d'une virtuosité qui laisse pantois. Carles Valverde signe des gravures de sculpteur, d'une indéracinable stabilité, en rouge et en noir. Rolf Lehman, qui fête ses 70 ans, marie la tension des courbes et des angles et un encrage subtil modulé du beige au noir. Enfin, Marianne Décosterd présente des paysages torsadés qui tiennent du corps féminin. Imprimées chez Raymond Meyer à Pully ou dans l'atelier de taille-douce de Saint-Prex, les gravures devraient toucher le public des galeries, qui n'est pas forcément le même que celui auquel l'Œuvre s'adresse habituellement, à savoir les professionnels du design et de l'architecture.

Autour de l'Œuvre. Galerie Yves Callet-Molin (rue du Simplon 40, Vevey, tél. 021/ 922 74 67). Du mercredi au vendredi 15h-19h, samedi 14h-17h. Jusqu'au 10 juin.