Il faudra un jour écrire l’histoire, fort longue, de tous ces héritiers d’empires qui détonnent. Carlos, fils de Dolto. Mark Thatcher, fils de Margaret. Et aujourd’hui Arnaud Lagardère. Son père, Jean-Luc, créateur d’un des plus grands groupes industriels, avec Airbus, Hachette, des titres de presse, de l’armement, du sport, est brutalement décédé en 2003 d’une encéphalomyélite aiguë auto-immune. L’homme était sérieux, gros travailleur, un bâtisseur, fin stratège. Arnaud, lui, 50 ans, ami personnel de Nicolas Sarkozy, défraie la chronique depuis 48 heures avec la mise en scène organisée de sa vie amoureuse. On le découvre dans les bras de son amie, le top-modèle Jade Forêt, via une vidéo mise en ligne par le journal belge, Le Soir magazine. L’hebdomadaire a été convié dans la grande et belle maison de Rambouillet du milliardaire, où, sous l’objectif attentif de la caméra, le couple s’enlace, s’embrasse, prend des poses suggestives – un comportement d’une totale banalité pour un people ordinaire, mais qui fait jaser, venant de la part d’un des plus puissants patrons de France. La vidéo mise en ligne mercredi sur YouTube avait déjà été visionnée 70’000 fois une dizaine d’heures plus tard.

Michel Marteau, le rédacteur en chef de Soir magazine, assume. Pour lui, «le grand public belge ne s’intéresse pas à la vie privée des patrons français, c’est Jade Forêt qui est très connue en Belgique francophone». C’est le journal qui a proposé ce tournage à la jeune Belge, «et Arnaud Lagardère nous a rappelés pour nous dire qu’il était d’accord». L’article du magazine poursuit: «Arnaud Lagardère nous a dit qu’il était dans le business des médias depuis longtemps et qu’il savait ce qu’il faisait.»

Las! Le Web tout entier s’est emparé de «l’événement» et, sur Facebook, sur Twitter, les commentaires vont de l’ironie à l’apitoiement: «Hot et ridicule», «Je ne le savais pas si court sur pattes», «On reste sans voix», «On touche le fond», «Papa, reviens!», «C’est un piège tendu à ses journalistes». «Envoyez-lui les communicants de DSK!»

Si les personnalités politiques ont commencé, plus ou moins adroitement, à apprivoiser les médias en se mettant en scène lors de leurs vacances, jamais elles n’auront été aussi loin dans la position horizontale. Quant aux milieux d’affaires, ils ont rarement habitué leurs partenaires sociaux, leurs actionnaires et in fine le grand public à pousser si loin l’audace. D’où un malaise certain, perceptible dans le groupe Lagardère, qui compte tout de même près de 30’000 employés dans 40 pays: «S’exhiber ainsi est désolant», explique un employé d’Airbus, interrogé par Libération. «Et dire que c’est à lui qu’on doit confier la présidence du conseil d’administration en 2012!»

Pour autant, ce n’est pas la première fois qu’Arnaud Lagardère ne suit pas les codes et qu’il suscite des interrogations sur sa réelle motivation à la tête du puissant groupe.

Le temps d’écrire cet article, la vidéo du Soir magazine a été regardée par 17’000 internautes supplémentaires…