scène

Le vieux chat et la mer

Au Théâtre Am Stram Gram, à Genève, Joan Mompart adapte Ventrosoleil, un conte de Douna Loup sur le désir d’émancipation face à un destin tout tracé

Critique: «Ventrosoleil», à Am Stram Gram

Le vieux chat et la mer

Goûter au monde. C’est le rêve de Néla sur la scène du Théâtre Am Stram Gram. Mais voici qu’un écran happe la jeune fille. Pas d’azur pour elle, mais les crochets de son boucher de père. C’est ce que ce dernier a décidé. Alors, elle trépigne, tambourine, et les notes sourdes fusent de ses poings. Les quatre musiciens de l’Ensemble Contrechamps sont au diapason de la rébellion.

La formation genevoise a foulé plusieurs fois cette scène avec le comédien Joan Mompart, pour initier le jeune public à la musique contemporaine. Aujourd’hui, leur association est d’une autre nature. Joan Mompart adapte Ventrosoleil, un conte de Douna Loup sur le désir d’émancipation face à un destin tout tracé. Et les musiciens donnent corps à cet élan contrarié, puis libéré, aux côtés des comédiens.

Après avoir mis en scène une Reine des neiges de très bonne facture en 2010, sur le même plateau, Joan Mompart transforme à nouveau l’essai avec son sens de l’espace, sa connaissance du jeu, et son goût pour les images projetées sur écran. Comme ces vagues dessinées qui enflent soudain lorsque Louis, un conteur déserté par l’inspiration (formidable Mathieu Delmonté), évoque la mer, «cette conteuse infatigable». L’image de l’héroïne aussi, captive du tablier blanc de son père, à la stature écrasante.

Jamais ces visions n’entrent en dissonance avec le texte, éblouissant. Le cri de Néla n’est pas un caprice: «Je veux voir autre chose, Papa, autre chose que leurs entrailles, autre chose que tes entailles, autre chose que ce pays petit.» Et si elle suit les traces de Louis, et les conseils du vieux chat Ventrosoleil (un songe?), c’est pour ne pas s’étioler. La mer, elle le pressent, c’est «de l’eau en pagaille, des étincelles, des milliers de gouttes tordues et glissantes et belles».

A Am Stram Gram, la révolte enfantine a aussi le goût de l’ivresse. Et le rêve est à portée de main, même un pied en moins…

Ventrosoleil, jusqu’au 5 avril, Théâtre Am Stram Gram à Genève. Dès 7 ans, 1h, 022 735 79 24, www.amstramgram.ch

Publicité