Livres

Sous la vigne, les livres

Avant même que la première note n’éclate sous le ciel veveysan, la Fête des Vignerons engendre une riche production littéraire, entre poésie et humour. L’œuvre de Stéphane Blok, Blaise Hoffmann, Bertschy et d’autres

Quand le vin est tiré, il faut le boire. Quand le livre est imprimé, il faut le lire. Du pressoir à raisin à la presse typographique, il n’y a qu’un pas que l’imminence de la Fête des Vignerons stimule. Quatre ouvrages pavent le chemin qui mène à l’arène veveysanne dès le 18 juillet. Le premier, Fête des Vignerons 2019. Les poèmes, rassemble les textes du spectacle.

«Le ciel, le jour, le soir, la nuit/Le ciel, la peur, l’espoir, le fruit»… On sait que la fête va commencer dans un déluge de percussions, une tornade afro-cubaine délocalisant le carnaval de Rio. Blaise Hofmann trouve les mots que portera ce crépitement initial, ils frappent de façon métronomique, comme tombe la grêle, comme cogne le cœur. Ecrivain voyageur et vigneron, l’auteur a écrit les textes directement liés au travail de la terre – les cirés jaunes des vendangeurs, l’odeur de la glèbe, un chemin de sève, un goût de miel et de tilleul, les beaux grains encore verts, le coup de froid qui remplit d’effroi… «Le ciel, la fleur, la feuille, le fruit/Le ciel, le cœur, le feu, l’esprit…»