jazz

Vince Benedetti, «Joyful Sadness»

(TCB/K-tel) Ou l’art de ne pas forcer son talent? On mesure en le disant à quel point il serait injuste de jeter le discrédit sur un disque somme toute respectable dans son parti-pris hédoniste.

Genre: jazz
Qui ? Vince Benedetti
Titre: Joyful Sadness
Chez qui ? (TCB/K-tel)

Ou l’art de ne pas forcer son talent? On mesure en le disant à quel point il serait injuste de jeter le discrédit sur un disque somme toute respectable dans son parti pris hédoniste. Parce qu’il excelle dans l’art, Dieu sait si c’en est un, de trousser de belles mélodies qui flattent l’oreille sans forcément ramollir les neurones. Alors bon, on en veut un peu au pianiste Benedetti et à sa clique de sympathiques Hollandais de surfer sur les vagues, autrement dit de confondre recherche de clarté et fascination du lisse. La musique du très helvétique Benedetti fait l’effet d’un songbook en quête d’interprètes plus poignants. Un ­bonus track de 1990 rappelle opportunément qu’une certaine Diana Krall a fait ses premiers pas discographiques sous la direction de Benedetti – libre à chacun d’y voir un hasard.

Publicité