Cinéma

Vingt films en lice pour la Palme d'or 2016

Le Festival de Cannes a dévoilé la liste de la cinquantaine de titres qui composent les différentes sections de sa sélection officielle. Trois réalisatrices et 17 réalisateurs sont invités sur la Croisette

Vingt-huit pays représentés par quarante-neuf films: dévoilée ce matin, la sélection officielle du 69e Festival de Cannes est, à l'image de la plus grande manifestation cinématographique au monde, internationale. Pas trace de productions suisses par contre, alors qu'on aurait pu espérer la présence de «Moka», le deuxième long métrage du Valaisan Frédéric Mermoud, avec Emmanuelle Devos et Nathalie Baye, ou celle de «Ma vie de courgette», film d'animation de Claude Barras dont on attend beaucoup. Mais on ne sait pas encore tout de la programmation cannoise, puisque les sections parallèles, la Quinzaine des réalisateurs et la Semaine de la critique, n'ont pas encore annoncé la liste des titres qu'elles ont retenus.

Une compétition alléchante

Quarante-neuf longs métrages, retenus parmi les 1869 qu'ont visionnés le directeur artistique Thierry Frémaux et ses équipes, composent donc pour l'instant – des films devraient être ajoutés ces prochains jours – la sélection officielle. On savait déjà que Woody Allen ferait l'ouverture du festival, hors compétition, avec «Café Society». Hors compétition aussi, le nouveau Steven Spielberg, «Le bon gros géant», d'après le livre de Roald Dahl, et «Money Monster», de Jodie Foster, avec George Clooney et Julia Roberts. Deux stars pour une édition 2016 qui en comptera beaucoup, a tenu à souligner en conférence de presse Thierry Frémaux. Mais inutile de les lister, car de toute manière il y en a toujours beaucoup, des stars, afin de contenter la multitude de médias qui se rendent sur la Croisette pour garnir leurs pages people en oubliant souvent le cinéma.

Chaque année, la presse s'empresse de railler le retour en compétition des «habitués», ces cinéastes qui sont régulièrement à Cannes. Pas d'exception en 2016, avec le retour de Pedro Almodóvar («Julieta»), toujours en quête d'une Palme d'or, Ken Loach («I, Daniel Blake» ), qui en a déjà une à son actif, et des frères Dardenne («La fille inconnue») qui, eux, en ont déjà deux. Mais pour le reste, qu'ils soient déjà venus ou non, les autres cinéastes invités dessinent les contours d'une compétition très alléchante, à l'image d'Andrea Arnold («American Honey»), Xavier Dolan («Juste la fin du monde»), Jim Jarmush («Paterson», plus un documentaire sur Iggy Pop en Séance de minuit), Cristian Mungiu («Baccalauréat»), Jeff Nichols («Loving»), Park Chan-wook («Agassi»), Sean Penn («The Last Face») ou encore Paul Verhoeven («Elle»).

Même constat côté français. Après une année 2015 marquée par une forte présence malgré plusieurs films indignes de la compétition, l'annonce des derniers films de Nicole Garcia («Mal de Pierres»), Bruno Dumont («Ma Loute»), Alain Guiraudie («Rester vertical») et Olivier Assayas («Personal Shopper») est elle aussi excitante. Mais une fois encore, on peut imaginer que les vraies découvertes seront à aller chercher du côté du Certain regard, deuxième section compétitive qui compte comme d'habitude beaucoup de noms peu ou pas connus, en marge de ceux de Hirokazu Kore-eda («After the Storm»), Eran Kolirin («Me'ever Laharim Vehagvaot») et des sœurs Delphine et Muriel Coulin («Voir du pays»). C'est surtout pour cela que le Festival de Cannes est important: révéler des réalisateurs et des cinématographies qui, sans cette vitrine, resteraient dans l'ombre.

Festival de Cannes, du 11 au 22 mai. www.festival-cannes.com

Publicité