Musique classique

Le violoncelliste autrichien Heinrich Schiff s'est éteint

Son répertoire allait du baroque à la musique contemporaine. Heinrich Schiff avait 65 ans

Le violoncelliste autrichien Heinrich Schiff est mort, à l’âge de 65 ans, dans un hôpital de Vienne. Fils de compositeurs (Helmut Schiff et Helga Riemann), il a débuté le violoncelle à 10 ans, avec notamment comme professeur le célèbre André Navarra, comme le rappelle Guillaume Tion Dans Libération.

Habitué des grandes scènes, Schiff laisse des enregistrements majeurs, comme les infatigables suites pour violoncelle de Bach, les œuvres pour violoncelle et piano de Beethoven (avec Till Fellner, en 2000) ou les deux concertos pour violoncelle de Chostakovitch.

Son répertoire, large, allait du baroque à la musique contemporaine, enchaînant les collaborations avec notamment Luciano Berio, Krzyzstof Penderecki, Matthias Pintscher ou Friedrich Cerha, qui lui dédie son concerto pour violoncelle et orchestre en 1996. «Si j’excluais Bach, Vivaldi ou Haydn parce que je pense que mon style est plus proche de Beethoven et de Brahms, alors je commettrais une erreur. Mon opinion est que tout musicien doit s’intéresser à un grand nombre de styles parce qu’un style n’existe pas sans relation avec les autres», expliquait-il dans une interview en 1989, reprise par Libération.

Heinrich Schiff avait tiré un trait en 2012 sur sa carrière de soliste et se consacrait celle de chef d’orchestre. Une passion qui l'avait pris au milieu des années 1980. Schiff, qui jouait sur «Mara», un Stradivarius de 1710, et «Sleeping Beauty», un Montagnana de 1739, était un professeur recherché, qui a enseigné à une génération de violoncellistes comme Richard Harwood, Victor Julien-Laferrière ou encore Gautier Capuçon, à qui il donnait par exemple des leçons façon commando, plusieurs jours d'affilée «en mangeant et vivant presque ensemble».

Publicité