La langue vivante des auteurs latins (3)

Virgile, jeune poète fougueux de 2000 ans

Terreau de la littérature occidentale, L’Enéide touche aujourd’hui encore par sa familiarité avec nos vies. Cinq raisons très actuelles pour relire et aimer l’épopée romaine, eau mère de la poésie

Virgile, jeune poète fougueux de 2000 ans

Terreau de la littérature occidentale, «L’Enéide» touche aujourd’hui encore par sa familiarité avec nos vies. Cinq raisons très actuelles pour relire et aimer l’épopée romaine, eau mère de la poésie

La langue vivante des auteurs latins 3/6

Titre:
Qui ?
Chez qui ?

«Evidemment, c’est le travail de Ceux d’en haut, ces tracas troublent leur repos. Je ne te retiens pas, je ne réplique pas. Pars! Va chercher l’Italie avec l’aide des vents, gagne un royaume à travers l’onde. Pour moi, j’espère qu’au milieu des écueils, si la pitié divine a quelque pouvoir, tu subiras ton supplice, et que tu appelleras souvent par son nom Didon. Sans être là je te suivrai avec des flammes noires, et quand la froide mort aura su de mon corps mon âme séparer, en tous lieux ombre je serai. Homme déloyal, tu expieras. La nouvelle m’en viendra chez les mânes profonds, et je l’entendrai.»

La douleur de Didon qu’Enée quitte pour suivre son destin n’a d’égale que sa rage, pour notre plus grand plaisir de lecteur. Purcell dans sa célèbre Lamentation a privilégié le malheur à la malédiction. Pourtant Didon, femme séduite et abandonnée, est aussi vengeresse. En voyant la flotte du Troyen s’éloigner de Carthage, elle regrette de n’avoir pas mis le corps d’Enée en pièces, transpercé ses compagnons et servi son fils à déguster sur la table de son père. La passion est violente, Virgile le sait bien. Et son verbe est incandescent.

Plus de 1500 traductions ont tenté depuis la mort du poète, en –19 av. J.-C., de transposer L’Enéide. Douze livres de chants pour conter le voyage d’Enée, rescapé de Troie, jusqu’en Italie où il conquiert le Latium, où sera ensuite créé le royaume de Lavinium, précurseur de Rome. Récit épique, roman national, histoires d’amour, L’Enéide est tout cela, en plus d’être traversée d’images fulgurantes, d’aventures romanesques, de conversations sur l’amour, le destin, la fidélité à son clan. En français, le rythme est d’une nouvelle traduction tous les sept ans environ, a calculé l’universitaire Philippe Heuzé, dernier en date à s’être attelé aux 10 000 vers de L’Enéide pour l’édition bilingue de La Pléiade, publiée cette année.

Virgile consacré dans le saint des saints après Jean d’Ormesson? ont toussoté des âmes chagrines. Certes. Mais c’est une fort petite poussière médiatique dans le grand fleuve virgilien. Car l’auteur des Géorgiques et des Bucoliques, ses deux autres chefs-d’œuvre, est célébré depuis toujours.

Les écoliers romains étudiaient ses vers de son vivant, les clercs du Moyen Age admiraient l’étendue de ses connaissances, Dante en fit son compagnon dans la Divine Comédie , Ronsard s’en inspirait, Racine lui emprunta Andromaque, Hugo le vénérait, et plus près de nous Claudel, Gide ou Valéry, qui mena à bien ce projet fou de traduire les hexamètres dactyliques des Bucoliques en alexandrins, tous voyaient en lui le plus grand poète de tous les temps – le débat pour décider de qui l’emportait, entre Virgile et Homère, date de l’Antiquité déjà…

Aujourd’hui cependant, il y a de grandes chances pour que les ados à qui vous conseillez L’Enéide vous rient au nez, alors que Virgile reste terriblement contemporain. Comme toute la future fondation de Rome figure par anticipation sur le bouclier que Vulcain forge pour Enée, avec la louve, Rémus et Romulus, les Sabines et le triomphe d’Auguste, toutes les préoccupations de notre époque existent déjà dans l’œuvre virgilienne. Autant que sa modernité, c’est sa permanence qui touche, sa familiarité avec nos vies. La preuve en cinq points.

1 - Virgile, un maître du copier-coller

Sur les épaules d’Homère, Virgile montre comment une bonne imitation est une recréation. L’Enéide se veut le récit fondateur de Rome, et s’inspire ouvertement de L’Iliade et de L’Odyssée. Mais dans ses 12 chants, Virgile inverse le cours du temps, commençant par raconter le voyage d’Enée avant ses combats en Italie. Comme dans les concours de chant des Bucoliques, chaque poète reprend et enrichit l’héritage de ses ancêtres, et Virgile ne pille pas Homère, il lui donne de beaux enfants. L’imitation est une méditation profonde sur le passé, et sur le temps. Virgile sait qu’il doit passer par les maîtres grecs pour asseoir la légende romaine. L’individu s’inscrit dans une tradition, la beauté vient des modèles. Sur un plan plus personnel, le Mantouais doit s’attaquer à Homère pour exister à son tour: «Fortuna audaces juvat», la fortune sourit aux audacieux, un vers de Virgile, justement.

2 - Virgile, poète libre officiel

Du premier au dernier vers, Virgile déclare son immense amour pour Auguste, l’empereur de l’époque, qui a mis fin à des années de guerre civile, et compte beaucoup sur l’épopée nationale du poète pour glorifier sa légitimité. En chantant Enée, Virgile devait chanter Auguste. Cette proximité entre un patron et son aède fait débat aujour­d’hui, où depuis le romantisme les artistes se doivent d’être révoltés, et en marge du système. Victor Hugo a moins aimé Virgile quand il s’est rebellé contre Napoléon III, le considérant soudain comme moins sincère et plus courtisan. Mais peut-on considérer le pouvoir comme il y a 2000 ans?

Un autre spécialiste, Jean-Yves Maleuvre, est persuadé que L’Enéide n’est pas l’œuvre de propagande à la gloire d’Auguste qu’une lecture en surface peut laisser croire. Le long poème serait à double fond, et les plis du texte recèleraient même une opposition au souverain. Pour Jean-Yves Maleuvre, l’incompatibilité est absolue entre Auguste, un jeune urbain ambitieux, héritier de César, démagogue, prêt à tout pour parvenir à ses fins, et le poète de la campagne, soucieux d’épanouissement spirituel, persuadé que la régénération de Rome passe par un retour aux valeurs ancestrales. L’universitaire est même persuadé que Virgile, officiellement décédé d’une insolation ou d’une crise de malaria à son retour d’un voyage en Grèce, a en réalité été assassiné sur les ordres d’Auguste, une fois que L’ Enéide était suffisamment avancée, en raison de son caractère frondeur. L’œuvre aurait ensuite été expurgée avant publication – il est vrai que c’est Auguste qui sauva L’ Enéide des flammes, et la fit publier. Un soupçon moderne d’enquête policière qui n’ajoute rien à la beauté des vers, mais les rend intrigants.

3 - Virgile, muse pour les psys

C’est une citation de L’Enéide qui ouvre L’Interprétation des rêves de Freud: «Si je ne peux fléchir les dieux d’en haut, je remuerai l’Achéron» (affluent du Styx, la rivière du passeur Charron): par là le maître viennois entendait décrire un monde divisé en deux, entre le monde clair des forces visibles et celui des «forces d’en bas, le monde souterrain de la psychanalyse» a-t-il explicité plus tard. Virgile est périodiquement convoqué par Freud pour évoquer l’inconscient: monde des ténèbres, chaos, ombres de l’Hadès, chaudrons qui bouillonnent. La descente d’Enée aux Enfers où le héros rencontre son père mort constitue un morceau de choix pour les amateurs de symboles.

4 - Virgile, guerrier moderne

A quoi bon la poésie quand tout est violence, demande Virgile, une problématique éminemment moderne. Le «pieux Enée» n’est pas le «rusé Ulysse», c’est un héros plus affectif, désenchanté, qui souffre. Il fait la guerre sans l’aimer, malgré lui, il rêve de reconstruire en mieux les mondes qui s’écroulent, et envisage même de laisser la vie sauve au chef de ses ennemis Turnus à la fin du récit; seule la vue du bouclier de son ami Pallas arboré par son ennemi le décide finalement, dans une bouffée de vengeance et de haine, à l’achever: pas de happy end. Cette fin tragique entre d’ailleurs en contradiction violente avec l’ensemble de L’Enéide, qui chante la modération et la retenue.

5 - Virgile, maître de beauté

«L’Enéide est une réserve inépuisable de sens et de beauté. Le vrai enjeu de l’enseignement du latin, explique Philippe Heuzé, le traducteur de La Pléiade, se situe là: continuer de donner l’accès à ces textes géniaux.» La beauté des images et la force des mots traversent les siècles. Quoi de neuf? Virgile.

,

Virgile

«L’Enéide»

«Gis donc ici à présent, homme redoutable! Ton excellente mère ne t’ensevelira pas et ne couvrira pas tes membres du sépulcre de ses pères.Aux oiseaux sauvages on te laissera, ou bien l’onde t’emportera après t’avoir submergé de son tourbillon, et les poissons sans pâture lécheront tes plaies» (Livre X, 556)

Publicité