«Adieu les cons!» C’est le mot de la fin qui sert de titre au film d’Albert Dupontel. Suze, coiffeuse en cavale aux poumons grillés par le hair spray, tire sa révérence sur cette interjection colorée. Virginie Efira, qui incarne la tendre rebelle, n’a pas éprouvé de difficulté à prononcer l’anathème solennel, car «les personnages ignorent que c’est le titre de leur histoire. Ces mots ne doivent pas être encadrés».

Lire aussi la critique du film: Les floués se rebiffent dans «Adieu les cons»

Elle aime cette exclamation qui fait «très chanson de Renaud», elle goûte la juxtaposition de «con» et d’«adieu», car «il y a beaucoup de connerie ambulante de nos jours. Ce titre entre en résonance avec l’époque particulière que nous vivons. C’est un acte de résistance qui manie à la fois l’humour et la désespérance.»

Le rôle de Suze, la femme qui cherche à voir une première et dernière fois le fils dont elle a accouché sous X un quart de siècle plus tôt, sied parfaitement à Virginie Efira, cette comédienne dont la blondeur glamoureuse et le regard noir perpétuent l’antique dichotomie du rire et des larmes mêlés. Elle s’avoue sensible aux accords de la légèreté et de la gravité: «L’humour que j’aime est toujours lié à une sorte de tragédie. Comme chez Woody Allen. La conscience d’être mortel n’empêche pas de s’amuser. On trouve cette politesse du désespoir dans l’humour juif, et chez les Belges aussi: un petit pays à côté du Grand Pays avec la Grande Histoire implique l’impossibilité originelle de se prendre au sérieux»…

Fatigue existentielle

Dans le cinéma francophone contemporain, l’obscure clarté tombée du grand écran ces dernières années, c’est Virginie Efira. Elle a fait ses premiers pas dans l’audiovisuel comme animatrice à la télévision belge, puis française, avant de contribuer de façon modeste à des films que les encyclopédies du cinéma ne retiendront pas nécessairement comme L’Amour c’est mieux à deux. Elle tient un petit rôle dans Mon pire cauchemar, farce très joyeuse d’Anne Fontaine.

Elle se distingue dans 20 ans d’écart, inoffensif badinage sur le thème de la cougar et du blanc-bec. Elle se spécialise malgré elle dans la comédie romantique – Le Goût des merveilles, Un Homme à la hauteur… «J’ai fait des scènes identiques dans trois films différents, se souvient-elle. Dans la comédie romantique, il y a le moment de la désillusion amoureuse, celui de la rupture, celui de l’attente et celui où, gorgé d’espoir, on court vers la personne qu’on a aimée… C’est assez rigolo.» Mais Virginie Efira aspire à ne pas toujours se répéter.

Lire aussi la critique de «Victoria»: Déboires privés, confusions publiques

Dans son adolescence, le cinéma l’a aidée à se construire, l’a «extirpée d’une sorte de solitude», lui a permis de «trouver un maigre sens» à sa «maigre existence». Elle cherche sur le plateau «quelque chose qui ne soit pas seulement de l’ordre du travail mais presque du spirituel ou du transcendant, qui permette de créer des films sortant du lot, des films qu’on fait avec foi et non un objectif mercantile».

L’occasion se présente avec Justine Triet qui lui confie le rôle-titre de Victoria, celui d’une femme au bord de la crise de nerfs, jeune avocate avec enfants à charge, une cause délicate à défendre et un ex-mari s’adonnant à l’autofiction vengeresse. Mêlant sensualité et grande fatigue existentielle, la comédienne s’avère sidérante.

Rôle sulfureux

Elle rencontre un grand cinéaste, Paul Verhoeven, qui lui confie dans Elle un second rôle extrêmement troublant, celui de Rebecca, la voisine de la victime, une grenouille de bénitier dont on découvre in extremis la perversité. Depuis, elle a tourné Benedetta avec le réalisateur néerlandais. Dans ce film, dont la pandémie a différé la sortie, elle tient le rôle forcément sulfureux d’une bonne sœur lesbienne. Elle salue la «rigueur» («Je sais, ce n’est pas un mot très sexy»…) de Verhoeven et de Dupontel, deux créateurs qui savent qu’au cinéma l’image prime le scénario.

Lire aussi: «Elle»: une apologie du viol? Terrible contresens (09.06.2016)

Quand elle est amenée à interpréter une îlotière dans Police, la comédienne ne se sent pas obligée de la jouer Actor’s Studio en passant trois mois dans les forces de l’ordre. Elle a fait des visites au commissariat où, pragmatique, elle ne cherchait pas à saisir des états d’âme mais à apprendre «comment passer les menottes et foutre quelqu’un par terre en deux secondes».

En quelques films marquants et une brassée de films «chouettes», pour reprendre un adjectif qu’elle apprécie, Virginie Efira a imposé une présence. Elle défend l’idée que «chacun se construit sa petite histoire dans sa vie. Les différents personnages qu’ont joués les acteurs que j’aime me racontent quelqu’un. Si l’on regarde la filmographie de Jeanne Moreau, un portrait se dessine.»

Une carrière aux Etats-Unis la tenterait-elle? «Franchement, j’ai déjà 43 ans… Même si ça m’intéressait, je serais sans doute la seule que ça intéresserait.» Elle rit de bon cœur. Elle ne boude pas les films de superhéros, il y en a de très «chouettes» et même de «brillants», mais ce sont souvent «des produits interchangeables, comme les hamburgers ou certaines séries télé: c’est addictif mais ça manque de saveur.» Elle serait plus tentée de travailler avec Ursula Meier ou Lionel Baier, dont elle apprécie le regard. Elle a été touchée que le réalisateur des Grandes Ondes l’ait une fois félicitée de «jouer très sérieusement la comédie». Un compliment très juste.


Profil

1977 Naissance à Schaerbeek, en Belgique.

2013 «20 ans d’écart», de David Moreau.

2016 «Victoria», de Justine Triet, et «Elle», de Paul Verhoeven.

2013 «Un Amour impossible», de Catherine Corsini.

2020 «Police», d’Anne Fontaine, et «Adieu les cons», d’Albert Dupontel.


Retrouvez tous les portraits du «Temps».